Cette Américaine a décidé d’attaquer en justice les homosexuels (oui, tous)

Une habitante du Nebraska a déposé une plainte fédérale contre « les homosexuels« , citant abondamment la Bible et demandant au juge de déterminer si l’homosexualité est un « péché« .

Elle s’appelle Sylvia Ann Driskell, elle a 66 ans et réside dans l’État américain du Nebraska. Elle s’est réveillée un matin en se disant qu’elle allait déposer une plainte fédérale intitulée Driskell vs. Homosexuals dans laquelle elle poursuit « les homosexuels » – en l’absence de précision, on suppose qu’il s’agit de la totalité des gays de la planète. Comme le relève le site d’information LGBT+ américain LGBTQ Nation, si la plainte, toujours consultable en ligne, remonte à 2015, elle a été abondamment commentée sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

À LIRE AUSSI : Pour ce conseiller spirituel du cabinet de Trump, les homosexuels sont responsables du coronavirus

Dans sa plainte de sept pages, qu’elle a écrite elle-même à la main, elle se présente comme « ambassadrice du plaignant Dieu et de son fils Jésus-Christ« , tout simplement. Elle demande au tribunal de déterminer « si l’homosexualité est un péché ou pas un péché« . « Pourquoi les juges adoptent-ils des lois afin que les pécheurs puissent enfreindre les lois religieuses et morales ? » s’étonne-t-elle. Pour appuyer son argumentation, elle ne cite aucun texte juridique, préférant s’appuyer sur la Bible.

« La loi ne connaît pas d’hérésie »

Il est difficile de savoir de quoi elle accuse exactement les homosexuels, à part du fait de vivre dans le péché, qu’elle prend le soin de définir grâce au dictionnaire Webster comme « la volonté d’enfreindre la loi religieuse ou morale« . En revanche, il est clair que, pour elle, « l’homosexualité est un péché et eux, les homosexuels, savent que c’est un péché pour vivre leur vie d’homosexualité. Sinon, pourquoi se seraient-ils cachés dans le placard ? ». Une logique implacable…

À LIRE AUSSI : Aux États-Unis, une victime de « thérapie de conversion » retrouvée morte

Elle conclut en demandant au juge Gerrard du Nebraska de « se lever » contre l’homosexualité en la déclarant comme une « abomination » – comme le fait l’Ancien Testament. Comme l’a relevé un internaute, ledit juge a, cinq jours après le dépôt de la plainte, répondu très sérieusement dans un document de deux pages :

« Une cour fédérale n’est pas un forum de débat ou de discours sur des questions théologiques. » Citant un arrêt de la Cour suprême, il ajoute : « La loi ne connaît pas d’hérésie, s’engage à ne soutenir aucun dogme ni les institutions d’aucun culte. » De plus, « aucun accusé n’a été identifié avec suffisamment de précision pour ouvrir une procédure« .

 

Crédit photo : North Carolina National Guard/Flickr


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail