Au Québec, 100 élèves portent une jupe pour dénoncer l’homophobie, le sexisme et la masculinité toxique dans leur lycée

Une centaine d'élèves ont choisi de porter une jupe au lycée pour dénoncer le deux poids deux mesures du code vestimentaire imposé par l'établissement. Les filles doivent porter une jupe 10 centimètres au-dessous des genoux quand les garçons n'ont pas de telles restrictions à propos des shorts.

La journée de la jupe version québécoise. À 16 ans à peine, ces étudiants ont une belle leçon à nous donner. Quelques 100 élèves sont arrivés en jupe à leur lycée de Gatineau au Quebec. Ils souhaitent ainsi dénoncer les exigences sexistes de l'établissement qui selon eux fait perdurer ainsi une forme de masculinité toxique. Le règlement intérieur de l'établissement prévoit que les filles doivent porter des jupes... 10 centimètres au-dessous des genoux. Évidemment, ce règlement ne prévoit pas de telles restrictions pour les garçons et la taille de leurs shorts, par exemple.

Deux jours avant son "happening", Zachary Paulin, 16 ans, a dit à ses camarades de classe qu'il comptait porter une jupe le vendredi 9 octobre, raconte Pinknews. "Je savais qu'on allait en parler, mais je ne m'attendais pas à ce qu'autant de garçons me suivent ! J'ai été très agréablement surpris", a-t-il raconté à la chaîne de télé CBC. "Aujourd'hui, vous allez probablement voir pas mal de garçons, dont moi, porter une jupe. La raison est toute simple : c'est un symbole de résilience, de solidarité à la bataille intersectionnelle pour l'égalité de genre", développe l'étudiant sur Instagram.

"On ne porte pas le même regard sur les femmes et les hommes"

Il développe son message. "On ne porte pas le même regard sur les femmes et sur les hommes, c'est flagrant. Si une femme choisit de porter un costume ou un pantalon, des vêtements associés avec la masculinité, on ne lui dira pas grand chose. Mais si un homme s'habille de manière féminine, par exemple en portant du vernis à ongles, du maquillage ou dans ce cas, une jupe, on le pointe du doigt et il se fait insulter. Les gens lui disent que ce n'est pas 'un vrai homme' et vont automatiquement lui assigner une orientation sexuelle", regrette-t-il.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

⬇️English version in comments⬇️ Voici le texte original que j’ai lu à l’interphone aujourd’hui: « Bonjour à tous et à toutes, Aujourd’hui, certains d’entre vous ont probablement remarqué que des garçons, comme moi, portaient la jupe. Eh bien, laissez moi vous parler du pourquoi de ce geste. En gros, le fait qu’un garçon porte la jupe est un signe de résilience, de solidarité et de support à la bataille intersectionelle d’égalité des sexes. Le double standart sur la façon dont laquelle une femme et un homme devraient se présenter aux yeux de la société est flagrant; si une femme porte un complet et des pantalons, vêtements associés à la masculinité, on n’y pense pas plus que ça. Mais à cause de la masculinité toxique, le moment qu’un garçon va faire quoique ce soit de féminin, que se soit se mettre du vernis à ongle, du maquillage, ou dans notre cas, une jupe, il se fait pointer du doigt et bombarder d’insultes. On va dire qu’il n’est pas un vrai homme et on va immédiatement assumer son orientation sexuelle. Aussi, la jupe représente parfois un moyen pour certains établissements scolaires d’abuser du code vestimentaire inconsciemment. Les agresseurs, tant qu’à eux, vont excuser leur geste en sexualisant les femmes inutilement et grossièrement. Donc, en portant la jupe, nous sommes solidaires aux femmes de la société qui se font constamment sexualiser et à qui ont dit de cacher le corps, et nous lançons un message contre la masculinité toxique qui empêche les garçons d’être ce qu’ils sont vraiment sans jugement. On est en 2020, et nous à NF, on est ouvert sur le monde; c’est-à-dire qu’on n’accepte pas ça la discrimination, l’homophobie et le sexisme. C’est ce que représente notre jupe. Merci. » #jupepourtous

Une publication partagée par Zachary Paulin (@_zachpaulin_) le

Un déguisement d'Halloween ?

"La jupe représente parfois un moyen pour les établissements scolaires d’abuser du code vestimentaire. Quand elles se font agresser, les agresseurs "excusent leur geste" (sic) en sexualisant les femmes. En portant la jupe, nous sommes solidaires envers les femmes à qui on dit de cacher leur corps. Nous lançons un message contre la masculinité toxique qui empêche les garçons d'être ce qu'ils sont vraiment. On n'accepte pas la discrimination, l'homophobie, le sexisme. C'est ce que représente notre jupe."

Le principal de l'établissement privé a jugé que l'action n'a pas été largement soutenue au sein du lycée. Mais les professeurs en ont profité pour parler à leurs élèves de masculinité toxique, de droits des personnes LGBT+ et du besoin d'interroger aussi bien les filles que les garçons en classe. Ce happening n'est surtout pas passé inaperçu au Québec.

Xavier Dolan ne tarit pas d'éloge pour féliciter ces garçons. "À part pour un déguisement d'Halloween, je n'arrive pas à imaginer que quelque chose d'aussi incroyable aurait pu se produire quand j'étais au secondaire. (...) Je cherche chaque jour des bonnes nouvelles, souvent en vain. En voilà une !", écrit le réalisateur star.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Can’t imagine this happening back when I was in high school other than as some Halloween ritual. Back then I had friends who were compassionate and accepting. But this.... this is incredible. These Montreal students decided to wear skirts at school earlier this week to show solidarity for their fellow female classmates, saying, amongst other brilliant things, that they thought school uniforms were uselessly objectifying women, and that clothes couldn’t define individuals and bind people to a gender. Every day I keep looking for good news and there are so few. Here’s some. À part pour un déguisement à Halloween, je n’arrive pas à imaginer que quelque chose d’aussi incroyable aurait pu se produire quand j’étais au secondaire. J’avais des amis formidables, compréhensifs, tolérants, mais.... Ces jeunes étudiants ont décidé plus tôt cette semaine de porter la jupe en soutien aux filles de leur classe. Entre autres choses, ils disaient qu’ils trouvaient les uniformes scolaires sexualisaient inutilement les femmes et que les vêtements ne pouvaient en aucun cas définir des individus et leur imposer un genre. Je cherche chaque jour des bonnes nouvelles, souvent en vain. En voilà une!

Une publication partagée par Xavier Dolan (@xavierdolan) le

La France a également connu une récente vague de polémiques sur le tenues vestimentaires des filles au lycée. Plusieurs établissements scolaires ont refusé l’entrée à des jeunes filles en raison de vêtements jugés "provocants". Quelques garçons avaient osé le crop top improvisé.

 

Crédit photo: capture instagram


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail