La Nouvelle-Zélande a élu le parlement le plus gay du monde

Le nouveau parlement neo-zélandais comporte 11 députés ouvertement homosexuels sur 120. Le parti travailliste exulte après avoir remporté une large majorité progressiste.

C'est un triomphe électoral pour Jacinda Ardern. Une vague arc-en-ciel historique au Parlement. La Première ministre de la Nouvelle-Zélande a obtenu une majorité confortable de 64 sièges sur 120 au Parlement. Avec quatre homosexuels supplémentaires, le pays compte désormais 11 parlementaires ouvertement gays.

9% des députés neo-zélandais sont donc ouvertement homos, ce qui en fait l'assemblée la plus gay au monde. Elle détrône le Royaume-Uni qui compte 7% de parlementaires homosexuels (45 sur 650 députés), note Advocate. Parmi les 11 députés LGBT+, Grant Robertson est également ministre des Finances.

"Les chiffres comptent. On a besoin de visibilité et d'être perçus comme efficaces. Et si on devient le parlement le plus gay au monde, c'est super", s'enthousiasme Louisa Wall, une députée travailliste à The Australian.

"Un grand nombre d'habitués du parlement - âgés, blanc, mâles - sont partis mais ils sont surtout été remplacés par des candidats beaucoup plus divers : des Maoris, des Polynésiens et issus d'autres ethnies. La moitié des candidats travaillistes étaient des femmes. Le parti travailliste et les Verts représentent le nouveau visage de la Nouvelle-Zélande au Parlement", analyse Paul Spoonley, professeur à l'Université de Massey à The Independant.

Une majorité pour des réformes

D'autant que la majorité compte plancher sur l'avancée des droits des personnes LGBT+. En 2017, Jacinda Ardern (parti travailliste) avait promis le "changement" après neuf années de pouvoir conservateur. Mais elle a été entravée par une alliance qu'elle a dû former avec le parti populiste de droite pour obtenir la majorité. Dimanche dernier, son parti à triomphé avec 49,1% des voix. Le Parti national a lui obtenu 26,8% des suffrages.

À LIRE AUSSI - Le président du Parlement néo-zélandais donne le biberon au bébé d’un couple gay en pleine séance

Pendant la campagne, Jacinda Ardern a promis de mettre un terme aux prétendues "thérapies de conversion". "Je m'engage à interdire les 'thérapies de conversion' en Nouvelle-Zélande. Cela ne devrait pas être possible dans une Nouvelle-Zélande moderne", annonçait-elle à Gay Express. Elle s'est aussi engagée à faire passer loi pour faciliter le changement d'état civil des personnes trans.

Première PM à défiler lors d'une Pride

Dans le monde entier, cette ancienne policière estampillée de centre-gauche, renforce sa stature d'icône progressiste. En 2018, elle est devenue la première cheffe de gouvernement en Nouvelle-Zélande à marcher lors de la Pride de Auckland. "Cela envoie un message clair que la Nouvelle-Zélande est proactif dans la lutte pour le respect des droits de la communauté LGBT+ et que c'est le moment pour que d'autres pays embrayent le pas", expliquait alors au Guardian, Shaughan Woodcock, organisateur de la Marche.

 

Crédit photo : Twitter / Grant Robertson


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail