facebook

Le président du CNC en garde à vue après une accusation d’agression sexuelle et de tentative de viol

Le président du CNC a été placé en garde à vue après une plainte d'un jeune homme de 22 ans. Le garçon l'accuse de l'avoir agressé sexuellement en tentant de lui imposer une fellation lors de vacances en Grèce. Dominique Boutonnat nie les accusations

Dominique Boutonnat a été placé en garde à vue, ce mercredi 10 février par la police judiciaire des Hauts-de-Seine. Le président du Centre national du cinéma est entendu dans le cadre d'une enquête préliminaire pour tentative de viol et agression sexuelle en août 2020. Au mois d'octobre, un jeune homme de 22 ans dont il est le parrain a déposé plainte contre lui. Le président du CNC réfute toute relation de contrainte.

Une fellation imposée, selon Alexis

Les faits sont extrêmement détaillés dans la plainte consultée par l'Obs. Alexis (le prénom a été modifié) connaît bien Dominique Boutonnat. C'est un ami d'enfance de sa mère, précise la plainte. Le président du CNC aurait proposé à Alexis de passer quelques jours dans sa villa d'une île grecque, en compagnie d'autres familles. Ce ne serait pas la première fois que Dominique Boutonnat héberge le jeune homme gay. Les deux sont d'ailleurs particulièrement proches.

À LIRE AUSSI : #MeTooGay : pourquoi c’est ENFIN le moment d’avoir une conversation sur le consentement

L'hebdomadaire indique que son parrain l'aurait incité à se baigner nu dans la piscine. Il aurait également invité le garçon à boire le soir, après le coucher des autres convives. Le 3 août, Alexis raconte être resté tard à discuter avec Dominique Boutonnat. Il serait sorti de la piscine vers 6 heures du matin, et aurait reçu une première étreinte de Dominique Boutonnat. Le jeune homme l'aurait repoussé. C'est alors que son parrain l'aurait suivi dans sa chambre et se serait montré particulièrement insistant. Il aurait tenté de le masturber puis de lui imposer une fellation. Alexis raconte avoir été sidéré dans un premier temps avant de le repousser et de réussir à se dégager.

Des pensées suicidaire à son retour à Paris

De retour à Paris, Alexis raconte avoir perdu du poids, eu des crises d'angoisse et des pensées suicidaires. Les parents d'Alexis auraient tenté d'avoir des explications auprès du président du CNC qui aurait répondu en euphémisant les faits. Plusieurs auditions judiciaires confirment que le récit d'Alexis n'a pas évolué, selon l'hebdomadaire. Ces témoins confirment également à la justice le mal-être du jeune après les vacances.

À LIRE AUSSI : #MeTooGay : quand les internautes brisent le tabou des violences sexuelles dans la communauté gay

L'Obs a pu joindre l'avocat du prévenu, maître Emmanuel Marsigny, qui nie les faits de toute relation exercée sous la contrainte. "Un parrain est comme un père, quel que soit l’âge. Son rôle est de protéger. Dominique Boutonnat était une figure paternelle, et cet ascendant sur mon client l’a placé en incapacité de résister", indique l'avocate d'Alexis, Me Caroline Toby.

 

Crédit photo : Wikimedia Commons


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail