Abo

instagram"Sapphosutra" sur Instagram et TikTok : le vrai kamasutra lesbien et des conseils de concernées

Par Tessa Lanney le 30/06/2021
kamasutra lesbien

"Sapphosutra" est le nom d'un compte Instagram qui aborde sans tabou le sexe lesbien par des illustrations, des témoignages, des conseils... Tout pour offrir une juste représentation des sexualités queers et surtout, donc, saphique.

Des lesbiennes, du cul, des astuces, le tout illustré : c’est grosso modo ce que vous trouverez sur Sapphosutra. Ce compte Instagram est tenu par un couple très sympathique de lesbiennes : Lou et Léontin, deux jeunes femmes de 23 ans. "L’idée, c’est de visibiliser les sexualités queers et plus particulièrement saphique à travers des dessins, des témoignages, la participation des abonnées", nous explique Lou.

Lou, c’est la créative du duo. À temps plein sur le projet, elle s’occupe des illustrations, gère le contenu pédagogique, les produits et les commandes. Bien que Léontin travaille à côté, elle s’occupe surtout des envois et des expéditions des produits. Les deux se sont rencontrées à la fac, il y a trois ans, lors d’un rendez-vous arrangé un midi. L'ironie de l'histoire, c'est que le rendez-vous était arrangé entre Lou et une camarade de classe de Léontin. Manque de bol pour celle-ci, c'est Léontin qui tape dans l'œil de Lou. Un crush qui mettra trois semaines à se concrétiser : le gaydar de Léontin a été plus que défaillant sur ce coup-là puisqu’elle pensait Lou, complètement sous le charme, hétéro.

"Kamasutra lesbien" sur Google : déception

Si leur projet commun, Sapphosutra, réunit une importante communauté, près de 40.000 abonné.es, il a vu le jour à la suite d’une blague. Il y a deux ans, Lou, piquée par la curiosité, tape "kamasutra lesbien" sur Google. Comme ça, pour rire. Mais la plaisanterie a un goût amer. "Je suis tombée sur trois sites féminins où, sur le kamasutra hétéro, il y avait une centaine de positions très variées. Dans la partie lesbiennes, il y en avait cinq, et que des choses qu’on pratiquait pas du tout." À cela, elle voit deux explications : "Soit on a une sexualité très étrange, soit ce sont eux qui n’y connaissent rien du tout."

kamasutra lesbien
Crédit photo : Lou, de Sapphosutra

L’une des positions, se souvient en s'esclaffant la jeune femme, montre deux silhouettes très féminines, cheveux longs et ongles à rallonge, qui "se tournaient les tétons de très loin". Comme beaucoup d’autres, Lou ne se reconnaît pas dans cette représentation censée être celle de sa sexualité. Pire, "ça accentue le fait qu’on pense que dans la sexualité saphique, il n'y a pas du vrai sexe, qu’au final ce sont juste des caresses entre bonnes copines." Pour déconstruire ces idées reçues, le duo décide de créer un compte et d’illustrer des positions qu’elles-mêmes pratiquent. Au fur et à mesure, elles étoffent leur catalogue avec les positions préférées de leurs abonné.es.

Le sexe lesbien fantasmé mais mal représenté

"Il y a une réelle ambivalence" dans l’image que l’on appose à la sexualité saphique, explique Lou. D'un côté en effet, "le mot clé 'lesbiennes' est l’un des plus tapés dans les sites porno. On est confrontées en permanence à notre hypersexualisation dans l’espace public. On nous propose des plans à trois, on nous affirme qu’on n’a pas rencontré le bon mec… Dans le male gaze, on incarne des objets de fantasme." Mais quand il s'agit de se représenter le sexe réel entre deux femmes, celui-ci n’est pas considéré comme une vraie sexualité. Les sempiternelles remarques reviennent alors, du type : "Ça doit être vachement plus doux"…

"Finalement dans la tête des gens, on se caresse dans des dortoirs", résume la jeune femme. Sauf que le sexe lesbien, ce n’est pas une pyjama party. Et Sapphosutra le fait bien comprendre. En partant de témoignages qu’elle reçoit, Lou dessine tous types de corps, dans des positions diverses et variées. "C’est ça aussi qui apporte une diversité incroyable et magnifique. On a eu la preuve que l’intimité, la vie sexuelle, est conditionnée par les corps et qu’on ne pouvait pas parler de sexualité sans parler de corps. Même quand on pense à des corps relativement identiques, parfois la faisabilité d’une position tient à une longueur de bras ou de hanches."

kamasutra lesbien
Crédit photo : Lou de Sapphosutra

Le compte regorge aussi de conseils, par exemple sur l’art de faire un cunnilingus. Il met en lumière des histoires d’amour, de cul, des rencontres amusantes, des échanges langoureux…Surtout, il informe les jeunes générations, qui manquent cruellement de repères et s’inquiètent notamment de leur première fois. "Les personnes qui nous disent à quel point notre contenu les a aidées à s’accepter, que maintenant elles ont moins peur de faire leur première fois, ça fait chaud au coeur."

Sur TikTok, un manque d'information affolant

Les autrices sont très proches de leurs abonné.es et choisissent leurs sujets en fonction des questions que iels se posent. "Récemment, on a eu une question sur les tétons ombiliqués (qui rentrent vers l’intérieur du mamelon) et on s’est dit que ce serait une bonne idée de sujet." Au-delà des sujets légers, elles font aussi de la prévention. Depuis quelques semaines, elles postent sur TikTok, ce qui leur permet d'élargir le cercle de leur lectrices. Résultat, elles sont horrifiées par le manque d’information de certain.es adolescent.es. "On a fait un TikTok très général sur les IST, raconte Lou, et plein de commentaires nous disent 'Ah bon, il faut se protéger ? C’est quoi le VIH ?'."

@sapphosutraQuelques règles d'hygiène pour avoir des rapports safe ! #fyp #gyneco #lesbian #lgbt #teen #prevention #hygien #foryou #sapphosutra #ist #sida♬ Fly - Ødyssey / Amara Abonta

Il arrive même que Sapphosutra transcende les barrières du web. Leur but : provoquer des rencontres dans la vie réelle. "On en a besoin quand on fait partie d’une minorité. Léontin a grandi à la campagne, c’était la lesbienne du village et nous on sait qu’on a la chance aujourd’hui d’habiter à Paris, d’avoir des copains queers avec qui parler de ces sujets." Alors, elles créent des connexions.

"On peut être lesbienne et aller bien"

"Il y a un an, on avait lancé un compte qui s’appelait Marrain Parraine, où des gens majeurs et en paix avec leur identité postaient une annonce pour aider des gens en questionnement qui ont besoin d’un référent queer". Cette démarche est alors motivée par l'expérience de Lou, qui a accompagné une amie quand elle se découvrait. Le message étant "que l'on peut être lesbienne et aller bien, avoir une copine et que ce n’est pas la cinquième damnation". L’été dernier, elles ont même mis en place des "sappho-dates" pour les célibatair.es qui les suivent.

La prochaine étape sera encore plus concrète puisqu’elles projettent de "monter un tiers lieu agricole et culturel à la campagne". Le principe, : exercer une activité agricole de façon collective et collaborative. Il s’agit de faciliter l’installation, la solidarité professionnelle et aussi la convivialité. Pour cela, Léontin suit une formation de paysagiste. "Une vraie gouine rando", s’amuse Lou. D’ailleurs, elle a beau se moquer, elle-même a une passion insoupçonnée : la fabrique de fromage. Rien d’étonnant selon elle vu de son signe astrologique. "Je suis taureau et les deux gros clichés de ce signe, c’est qu’ils aiment la bouffe et le cul...Vraiment c’est toute ma personnalité."

LIRE AUSSI >> « Sex, drugs & RER » sur Webtoon, une BD inclusive et nuancée

Crédit photo : Lou de Sapphosutra