facebook

VIDÉO. Troye Sivan complexé par les corps musclés dans le clip de « Stud »

Dans son dernier clip pour "STUD", Troye Sivan oscille entre son désir pour les corps musclés et son envie d'en posséder un, questionnant ainsi le rapport au corps ambigu des hommes.

Pectoraux bombés, abdos dessinés et muscles saillants. Voilà les attributs que possèdent les colosses qui peuplent le clip de "STUD" tiré de l'EP "In A Dream" et venant illustrer le morceau de Troye Sivan sorti l'année dernière. Ces apollons s'entraînent d'arrache-pied, enchaînant tractions, lever d'haltères, et coups de poing vigoureux contre un sac qui n'a aucune chance.

Le chanteur observe ces corps sculptés avec envie. "Qu'est-ce que ça fait d'être si grand, si fort et si musclé ?", se demande le chanteur ouvertement gay, alors que les réseaux sociaux, les applications, le porno et les médias regorgent d'injonction au corps sculptural. Une vision du corps ancrée dans l'imaginaire érotique gay. C'est probablement pour cela qu'il semble ne pas pouvoir s'empêcher de les désirer.

A LIRE AUSSI : Pourquoi les gays semblent toujours être insatisfaits par leur corps ?

Un idéal difficilement atteignable

"Je cherche ce que je ne suis pas", affirme le chanteur, qui avoue dans les paroles rechercher l'approbation de ces hommes musculeux : "Laisse-moi juste croire que tu aimes ce que tu vois." Combien se reconnaîtront dans les interrogations de Troye Sivan ? Combien partageront ses complexes, ses réticences à se dévêtir, face à ces "sportifs only" qui peuplent les apps de rencontre ?

La semaine dernière, il se livrait davantage sur sa vie intime dans un autre clip : "could cry just thinkin about you". À l'origine, un simple interlude de 52 secondes dans l'EP In A Dream. Face à la demande de ses fans, il en fait une chanson entière et y dévoile son insondable tristesse, provoquée à l'époque par sa rupture avec Jacob Bixenman.

LIRE AUSSI >> L’histoire virile du crop top, le must-have mode qui ne plaît pas à Emmanuel Macron

LIRE AUSSI >> Ce compte Instagram honore l’esthétique vintage du porno gay des années 80

Crédit photo : Universal Music via capture d'écran YouTube


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail