Instaguys : Jonathan Cannaux, mannequin français à la conquête de New York
Beaux Mecs

Instaguys : Jonathan Cannaux, mannequin français à la conquête de New York


Depuis Lyon, Jonathan Cannaux, 26 ans, a fait un bout de chemin. Après l’Australie, il poursuit aujourd’hui sa carrière de mannequin à New York.

Jonathan Cannaux mannequin français à New York

On en voit défiler des beaux mecs sur Instagram. Des tas même ! À tel point que ça nous en donne le tournis et qu’on « ne sait lequel choisir, par qui se laisser séduire » (la génération Y se reconnaîtra). Néanmoins, quand on découvre le profil de Jonathan, on se dit : « Ah ouai, quand même ! »

Pour devenir le héros de belles histoires publiées dans TÊTU : tetu.com/instagramers

Jonathan Cannaux mannequin français à New York

Le choix est rapide, quasi unanime. Jonathan est vraiment charmant ! Mais pas cette beauté plastique lisse ou surfaite. Une beauté naturelle et subtile. Une beauté photogénique. Une beauté jusque dans l’attitude. Toutes ces qualités qui font que certains deviennent mannequins.

Jonathan Cannaux mannequin français à New York

C’est le chemin emprunté par Jonathan. Un peu par hasard. Surtout à force de persévérance. Jamais sans un peu de chance. Tout petit, on voit déjà en lui des prédispositions esthétiques indéniables, et son père veut l’inscrire dans une agence dès ses 10 ans. Que nenni ! Jonathan n’en a que faire et préfère profiter de son l’insouciance de son enfance.

Jonathan Cannaux mannequin français à New York

À 17 ans, sa mère le prend en photo lors d’un repas d’été. Objectivité maternelle oblige, elle s’exclame : « Oh la la ! Tu ressembles à un mannequin dans les magazines ». Puis le met au défi d’envoyer le cliché à une agence. Bien lui en a pris puisque ce sera le point de départ d’une carrière florissante. Non sans mal, évidement ! « C’est l’enfer de la mode… ».

Jonathan Cannaux mannequin français à New York

Car pour percer il faut se battre, faire les bonnes rencontres, être là au bon moment et avoir ce petit truc en plus qui fait la différence. Jonathan galère avant d’enchaîner les petits contrats. Mais comme il le reconnaît lui-même, « j’étais vraiment timide et je n’avais aucune confiance en moi. Je n’avais aucun automatisme devant un appareil photo. Je ne bookais presque aucun job… »

Jonathan Cannaux mannequin français à New York

C’est en 2011 que tout bascule, Jonathan est repéré par TÊTU qui l’engage le temps d’un shooting pour son « TÊTU Plaisir N° 1 ». Résultat ? Cinq pages, une première collaboration avec un magazine et une référence sur son CV.

Jonathan Cannaux mannequin français à New York

Une fois son diplôme universitaire scientifique en poche (eh oui, Jonathan est aussi prévoyant), il s’envole pour l’Australie. Direction Sydney où il souhaite mettre à profit son expérience pour donner une dimension internationale à sa carrière.

Jonathan Cannaux mannequin français à New York

Pas facile ! « Ça ne va pas être possible, tu ne corresponds pas aux critères de notre agence », se voit-il inlassablement rétorquer. Mais la chance finit par lui sourire. Jonathan fait la couverture de DNA, le premier magazine gay australien. S’en suivent des collaborations avec des marques de lingerie et des pubs à la télévision.

Jonathan Cannaux mannequin français à New York

Mais Jonathan voit les choses en grand et sait que pour espérer percer un jour il doit conquérir le marché américain. Il débarque alors à New-York où va se jouer une course contre la montre : « J’avais trois jours pour trouver un agence… » La chance lui sourit puisqu’il finit par en trouver une prête à l’embaucher. Cependant, les démarches aux États-Unis sont longues et complexes. Après avoir rencontré un avocat spécialisé dans l’immigration, il sollicitera tout ces anciens employeurs, dont TÊTU, pour obtenir lettres de référence, anciennes parutions, etc. Et constituer un dossier en béton.

Jonathan Cannaux mannequin français à New York

Cela fait maintenant un an que Jonathan vit à New-York et sa carrière commence à décoller : il vient de faire un shooting Gucci pour le magazine GQ. Au IIIe siècle avant notre ère, le grec Théocrite l’avait compris : « En persévérant on arrive à tout ». C’est toujours aussi vrai de nos jours.

Après tout ceci, vous ne vous ferez pas prier pour le suivre sur Instagram : @jonathan_cannaux

Pour devenir le héros de belles histoires publiées dans TÊTU : http://tetu.com/instagramers
ads