Sexe entre potes hétéros :
Sexo/Psycho

Sexe entre potes hétéros : "on n’est pas gay si on ne lui touche pas les testicules"


La chercheuse en sciences du langage Noémie Marignier vient de publier, sur le site « Genre, sexualité et société », le résultat de ses pérégrinations sur le forum jeuxvideos.com. Elle a étudié comment les jeunes hommes parlent des petits secrets qu’ils partagent avec leurs amis masculins, et avec tout le monde sur le forum.

Entre masturbation mutuelle et fellation réciproque, les jeux entre amis sont sans fin. À la lecture des forums de Jeuxvideos.com, on découvre toute une dialectique pour définir les actes sexuels « entre amis masculins » comme n’étant pas du tout gay. Pourquoi pas ? On a ici matière à redéfinir les contours des « bromances », ces histoires d’amitiés entre garçons très fusionnels en dehors de tous clichés. Mais surtout, ils révèlent une « crainte d’être gay » qui permet aussi de mesurer l’angoisse existentielle de la bisexualité et de l’homosexualité chez ceux qui se définissent comme hétéros. 

Régulièrement mis en lumière par la presse en raison de son homophobie et de son sexisme, le forum jeuxvideo.com ne cesse de nous étonner (et avouons-le, de nous faire rire). Dans cette communauté virtuelle, les discours concernant certaines pratiques sexuelles entre hommes sont un objet de débat passionné.  Et selon le degré, le contexte, l’intention ou les personnes impliquées, tout le monde a son mot à dire sur l’homosexualité ou non des cas proposés. Ce qu’on remarque surtout, c’est que pratiquer la masturbation ou la fellation entre amis n’est pas seulement considéré comme une pratique pouvant révéler l’homosexualité, mais souvent comme une marque de virilité hétérosexuelle.

La chercheuse met à jour un système de langage qui renforce la production d’une masculinité hégémonique. Vraies questions, vraies réponses et surtout trolls (les internautes qui interviennent au 2e ou 100e degré) « laissent entendre que les frontières entre hétérosexualité et homosexualité existent et sont imperméables, tout en laissant floue la nature de ces frontières ».

Noémie Marignier explique :

Régulièrement, des participants soumettent le récit d’une expérience sexuelle qu’ils ont eu avec un partenaire masculin ; ils s’inquiètent alors de leur possible homosexualité, ou d’être ne serait-ce que considérés comme homosexuels. Ces pratiques entre hommes ont souvent lieu suite à des déceptions amoureuses ou à des frustrations sexuelles, il s’agit alors de se « soulager »…

EXEMPLE :

Ça c’est fait comme ça, on regardait la télé, et on a voulu délirer, pour moi c’était juste de l’amitié, je lui faisais juste plaisir, mais là il m’envoie des messages ou il me dit « tu suce bien petite salope, on recommence quand tu veux » meme si je suis flatter, j’ai pas envie qu’on me prenne pour un gay, c’est pas du tout ça, c’est juste amical pour moi.

 

Les internautes réagissent alors.

CAS DE FIGURES NUMERO 1 : En ce qui concerne la question de savoir si ces pratiques sont « gaies » ou non, les réponses sont de deux types. Soit le fait d’avoir des relations sexuelles avec un homme est jugé « gay », sans appel :

C’est gay.
C’est hard gay!
ça y est, tu es gay, pas de retour posible
biensur que c’est homo

Si un seul acte définit ce que l’on est, alors porter une robe pour un carnaval devrait faire de nous une femme, manger des légumes un invétéré végétarien, ou tuer un moustique, un meurtrier… Et bien, surprise, non ! Ce que les hommes n’arrivent pas à accepter ici (parce qu’ils le pressentent mais la refusent), c’est la fluidité des envies, des désirs et même des plaisirs. L’échelle des orientations sexuelles est large, et une expérience ne fait pas de soi ce que les autres voudraient que vous deveniez instantanément.

 

CAS DE FIGURES NUMERO 2 : Soit ces actes homosexuels sont cependant acceptés si c’est l’occasion se « dépanner », c’est-à-dire de soulager une frustration (hétéro)sexuelle, ce qui ne remet pas en cause l’hétérosexualité. De se « donner un coup de main » !

mais non, c’est pas gay… c’est juste de l’entraide entre mecs, quoi de plus normal ?
C’est du simple dépannage donc non, no gay
tout le monde fait ça mec
perso je suce mes potes pour les dépanner, ya rien de gay du tout dans l’acte hein

Ouf, l’honneur est sauf, mais… là encore l’homophobie (même intégrée), est assez prégnante. C’est ce que Noémie Marignier appelle « la panique homosexuelle ».

 

« On n’est pas gay si on ne lui touche pas les testicules ! »

Il existe donc pour ces internautes des conditions qui rendent un rapport sexuel entre hommes « gay » ou pas : est souvent donnée sur Jeuxvideos.com la règle qui consiste à dire qu’un rapport sexuel entre hommes n’est pas homosexuel tant que les deux hommes « ne croisent pas leur regard et ne se touchent pas les couilles ». C’est ce que la chercheuse nomme la « règle d’hétérosexualité » : une « règle » qui semble bien ancrée dans le langage des internautes, une « bonne excuse » aussi, qui empêche d’être gay pour continuer à toujours être un peu homophobe :

Oué tant que tu l’embrasses pas et que tu lui touche pas les couilles ça va, faut pas que y est d’amour ou de petites affections qui te feraient passer pour une lopette
Pourquoi tu lui a pas expliqué que c’est pas gay de sucer un pote sauf si il touche les boules et que vos regards se croise.
Si il t’a pas touché les couilles il n’y a rien de gay. Si il t’a regardé dans les yeux en suçant, il est gay.

Bien conscient de la nature un peu ubuesque de ces discussions, les trolls s’en donnent à cœur joie, et en remettent une couche :

– si il a pas bu approximativement 25 litres de ton sperme c’est bon je pense mais pas une goutte de plus

– s’il a les cheveux longs, c’est pas gay

– Si tu te pinces le nez, c’est pas gay

– Si c’est avec la main gauche c’est bon on laisse passer !

– Non du moment que tes couilles touchent pas ses sourcils c’est pas gay

– Tant que ton pote s’appelle pas Marc c’est pas gay

– Tant que tu refuses qu’il te mette un bambou dans le cul tout en te forçant à sucer la bite de son père c’est pas gay, rien à craindre

– ok c’est cool, parce qu’il ma pris en deepthroat donc je pouvais pas voir ces yeux, donc je ne suis pas gay, merci je suis rassuré…

 

Ce qui n’a pas dû calmer la panique de certains garçons ayant aimé leurs jeux « fraternels ». Et qui, sans cette masculinité hétérosexuelle caricaturale, seraient peut-être un peu plus ouverts sur la fluidité des désirs et des identités… Le savoir sur la sexualité, de la part des hétéros sur les hétéros et les homos, est ainsi plein de ces clichés (et donc, de légendes urbaines) qui empêchent la mobilité des identités. Avec ces questionnements et règles, ils essaient de « définir l’hétérosexualité », ce qui revient à définir la couleur jaune, le fait d’être gaucher ou d’être doué en violon.

Être homosexuel, comme l’a montré Halberstam en 2005, est un mode de vie, une identité, une culture, et pas seulement des pratiques sexuelles. Mais la distinction essentielle entre homosexualité et hétérosexualité n’empêche pas que certaines pratiques sexuelles entre hommes chez ceux qui se vivent hétérosexuels soient encouragées et même valorisées par ces derniers (Ward, 2015).

 

À LIRE AUSSI

Comment conclure avec mon collègue hétéro ?

USA : la génération Z n’est pas si straight

Retrouvez le numéro d’été de TÊTU en kiosque !

« Promenons-nous… » : Au sommaire du numéro de l’été 2017 de TÊTU !

  • Emmanuel Bouillon

    Ben… C’est un acte sexuel homo, c’est sûr Ô_o
    Après, c’est pas « mal » de faire un truc homo et c’est là le drame, ces jeunes gens ne veulent pas être considérés ou même se considérer homos… (alors qu’en fait, sexuellement, ils seraient plutôt « bi »)

    • HelicopterRouge

      Sauf qu’en fait tout les exemples sont des fakes ou des trolls, c’est juste la personne qui a écrit l’article qui a mal fait son travail.

  • boz6

    Alors les fascistes de la validation des commentaires ? On ne supporte pas la critique ??

  • benji

    Est-ce qu’on pourrait pas lancer une étude sur les Maxime aussi ? Parce que franchement j’en connais pas un seul d’hétéro…;)

  • Nicus Pocus

    « Être homosexuel, comme l’a montré Halberstam en 2005, est un mode de vie, une identité, une culture, et pas seulement des pratiques sexuelles.  »

    Alors étant gay, je comprends pas cette phrase, on peut me l’expliquer svp ?
    Parce moi ( j’dois être très très con mais ) je pensais qu’en fait, nous les gays on était pareil que les hétéro, que justement, meme si on a des pratique sexuelles differentes des heteros, au final on est tous pareil, idem pour les religion, les couleurs de peau etc etc
    Vous êtes censé être un site LGBT c’est ça ? Alors pourquoi je remarque que vous vehiculer ce genre de débilité qui prône une fois de plus la difference quand certain ont donné leur vie pour préciser le fait qu’on est pareil, gay ou hetero ?

    • Florian

      Tout à fait d’accord, perso ma vie n’est pas différente de celle d’un hétéro sauf pour le choix du partenaire.

    • Yunflo

      Je crois que tu n’as pas compris l’article, ils ne prônent rien, ils mettent en lumière une étude.

      Et je ne suis pas du tout d’accord avec ton « on est tous pareil » sur un plan biologique nous tous humaine oui mais ça s’arrête là!

      Nous ne sommes pas pareil, nous n’avons pas les mêmes attentes socials, la même manière de vivre notre vie en général.
      Ton raisonnement sous entant qu’on devrait tous être pareil, ça revient à une forme d’hétéro-normalisation car oui ce n’est surement pas sur nous que les hétéros vont s’aligner, ça sera l’inverse c’est à nous qu’on demandera d’avoir un « comportement » plus hétéro, plus dans la norme social.

      Les différences existes, et j’espères qu’elles existeront toujours.

      C’est justement la différence au sein d’une société qui font sa grandeur.

      La différence des uns et des autres dois être accepté et toléré, comme les cultures, la sexualité ETC… (je parle de chose qui se font entre personnes consentante bien sur!)

      • Clovis Lefranc

        Et c’est quoi la différence entre un hétéro et un Homo ? Moi qui suis hétéro et qui ai des amis homos….je vois pas de différence entre eux et moi…alors de quelle différence fais tu allusion ?

    • Cedric Rivaldi

      Moi j’estime que vous êtes comme tout le monde, votre vie sexuelle ne m’intéresse pas, pourtant ! forcer de constaté que la propagande qui met en avant cette pratique est particulièrement désolante , en fait, je n’est pas à savoir si vous êtes gay ou hétéro et d’ailleurs, n’est ce pas cette foisonnante d’article « pro gay » qui aggrave l’homophobie ? tout comme sos racisme exacerbe le racisme ?

  • Fabien Vermeulen

    franchement des conneries et idioties, j’en ai déjà lu et entendu quelques unes, mais la franchement on bat des record en la matière… on n’est pas homo si on ne se regarde pas dans les yeux et que l’on se touche pas les testicules… celle ci c’est la meilleure de l’année, on a la verge de l’autre dans la bouche occupé à lui faire une bonne fellation maison, mais tant qu’on se touche pas les couilles c’est pas homo… Non, mais vous vivez sur quelle planète ??? pourtant j’ai pas pris de substances illicites pour halluciner mais, rien qu’avec cet article j’hallucine !!!

    • whynot

      Relis l’article. L’étude montre que c’est le genre de prétexte qui est donné par les garçons qui se définissent hétéros, mais qui refusent d’accepter l’homosexualité de leur acte.

      • boz6

        Achetez vous un cerveau : ce sont des trolls d’un forum >_<

  • Florian

    Un acte sexuel sur une personne du même sexe je vois pas ce qu’il pourrait y avoir de plus homosexuel que ça mdr
    Mieux vaut prendre le site à la rigolade parce qu’il y a de quoi.

  • Ya Sin Benabdelouahed

    ouais blinder!! j’ai jamais autans ri, les hétéro c’est les premières a s’écarter les fesses! ça va aller ouais ahahaha
    « tien… vas-y »
    elles sont déjà la contre le mur tsé

  • Fleury

    Je suis frappé que les chercheurs n’ont pas évoquer l’enculade en effet un sens commun est de ne pas avoir donné son cul preuve ultime de sa virilité
    L’autre l’enculé se sait homo et soumis
    La distinction avoir des relations entre personnes du même sexe et gays a été un des fleurons des échanges sur le question des comportemens lors du congrés internationales sur le Sida à Berlin dans les années 2000 afin de trouvez un lieu commun pour l’ensemble de hommes qui aiment des hommes et qui ne revendiquent pas nécessairement un statut social
    Certainement il serait bon aujourd’hui de donner plus de place à la bisexualité Ou a une sexualté avec des comportements plus fexibles hors catégories

  • HelicopterRouge

    Du journalisme de qualité, Si le journaliste avait pris le temps il aurait su que tous les exemples qu’il a donné sont simplement des trolls, C’est un des nombreux délire du forum 18-25, C’est de l’ironie du second degré, les gens qui ont écrit ses topics sont conscient de l’absurdité de la situation.

    Je viens de découvrir ce site, mais je tiens quand même à dire aux utilisateurs de faire attention car je vois que le journaliste qui fait cet article n’est pas capable de faire son travail de journaliste comme il se doit

    • Joe Drihem

      Ils ont déjà du mal avec le second degrés alors leur demande pas de réfléchir.

    • Krayia

      C’est JVC bon nombre de personnes pensent que tout ceci est vrai alors que c’est juste du troll encore un qui est tomber dans le panneau

      Comme on dit à l’ancienne

      OWNED :HAP:

      • Emmanuel Bouillon

        Mouais.

        Ils auraient pu réviser l’article… Soit, ils lisent pas les commentaires, soient ils se foutent de la véracité de ce qu’ils disent…

  • Maxence

    Étant gay, je suis (et serai) toujours autant étonné du nombre de gays qui cherchent à prouver et/ou croient (ou veulent se faire croire) que la majorité des hommes sont des homos cachés/refoulés… Un conseil arrêtez donc de prendre vos désirs pour des réalités une bonne fois pour toute… La très grande majorité des mecs sur lesquels nous fantasmons sont hétéros et c’est comme ça. Vous pouvez ressemblez à Brad Pitt que ça n’y changera rien. Monica Bellucci vous ravira éternellement la place.
    Pour revenir à cet article plus que douteux, je ne pense pas que les hétéros s’amusent à sucer la queue de leur meilleur pote et que ce meilleur pote ait envi d’être sucé par un mec… Est ce que vous faites un cunni à votre meilleure copine hétéro lorsqu’elle a un coup de mou? Perso moi non, et ça ne me viendrait pas à l’idée (rien que d’y penser ça me répugne)… Et bien c’est la même chose chez les hétéros…
    Tenter de faire croire que les ados hétéros pratiquent la fellation par « amitié » est malhonnête et est au final une idée assez perverse (il me semble que l’être humain différencie plutôt bien l’amitié, le fun et la relation de couple…).
    La sexualité n’est pas fluide, sauf peut-être chez les bi qui sont au final souvent beaucoup plus homos qu’hétéros.

  • Cedric Rivaldi

    Tout pour justifier vos déviances c’est dingue , le fait de faire une fellation à un garçon c’est clairement un acte homosexuel, parler de dépannage entre pote est une déviation de langage pour convaincre les hétéro que c’est une chose normal . ors, ça ne l’est pas et ce n’est pas parce que la société française accepte ce genre de chose que ça l’est .

    Personnellement, que les gays soit gays m’indiffère au plus haut point, chacun son « cul » comme ont dit, mais ne venez pas nous parler de « normalité » quand un pote suce un autre pote et appeller ça par son nom !

  • Horti Colo

    je lis –> perso je suce mes potes pour les dépanner……. ha ha ha, ça me fait bien marrer 🙂 bon sans blague chacun est libre de sa sexualité… pas la peine de se compliquer la vie

ads