facebook

Masturbation masculine : les tendances de la saison porno-branlette 2021

boy in bed

Dis-moi comment tu te branles, je te dirai si t'es tendance. Pour le mois de la masturbation (si si, c'est en mai), un vendeur de sextoys a réalisé une étude sur les pratiques onanistes des garçons. Tous les jours ou moins, avec porno ou pas, de quoi comparer votre expérience avec celle de vos pairs.

Cela vous a peut-être échappé, mais le joli mois de mai est celui des clochettes. Le "Masturbation May" a en effet été inauguré en 1995, nous apprennent nos confrères québécois. Pour l'occasion, la marque de jouets sexuels Satisfyer nous gratifie d'un sondage réalisé sur les pratiques et tendances de la masturbation masculine. Ainsi, plus de 5.000 hommes âgés de 18 à 59 ans ont été interrogés – anonymement – au sujet de leurs habitudes et préférences dans la manipulation solitaire de leur pénis. Demander simplement aux mecs (#Askaman) comment ils se branlent : une manière simple de "promouvoir une relation saine avec la sexualité", fait valoir la compagnie. 

Une pratique plus ou moins compulsive

Côté fréquence, la tendance libido 2021 reste à la régularité de la pratique onaniste. Ainsi 45% des mecs interrogées déclarent se faire plaisir "plusieurs fois par semaine", 19% "tous les jours" et 9% de manière plus compulsive, "plusieurs fois par jour". Quant au kamasutra de leurs endroits préférés pour s'adonner au plaisir solitaire, 66% citent le bon vieux lit, 12% la douche et 10% la branlette rapide dans les toilettes, rien que du classique en somme. En période de télétravail intensif, le bureau à domicile fait néanmoins une timide apparition, à 4%. Pensez bien, si vous vous y adonnez, à vous assurer au préalable que votre session Zoom avec les collègues est bien fermée… (astuce : certains cachent la webcam avec un sparadrap).

Un point qui intéresse par définition le vendeur de sextoys : l'utilisation ou pas de jouets sexuels : "55% des hommes en font l'expérience et utilisent un accessoire pour la masturbation". En tête des babioles préférées des mecs : "Les jouets vibrants utilisés directement sur le pénis" (29%). Pour améliorer l'expérience utilisateur, "25% utilisent un simple lubrifiant" et "23% utilisent des masturbateurs sans vibration", au calme, qui peuvent simuler une pénétration pour tous les goûts : buccale, vaginale ou anale. La stimulation anale, nous apprend enfin l'étude, "a la faveur de 20% des sondés". Go se faire kiffer la prostate !

La vidéo porno pas si plébiscitée

A la question philosophique du pourquoi de la branlette, alerte Captain Obvious : "Le plaisir personnel éprouvé pendant la masturbation est la priorité absolue pour 76 % des personnes interrogées". La deuxième raison résonne plus avec la période d'isolement que le Covid nous a tous imposés, puisque 33% citent "le manque de sexe". En troisième position, un quart des garçons interrogés met en avant "la  masturbation conjointe avec un·e partenaire". Eh ouais, la branlette peut être un jeu de société.

En revanche, lorsque le plaisir est solitaire, ne comptez pas sur les gars pour penser à leur propre partenaire afin d'atteindre l'orgasme (1%) : 64% préfèrent étayer leur éjaculation sur leurs fantasmes et du porno (photos, films ou cam). On soupçonne néanmoins que l'aveu de consultation de vidéos porno n'ait pas été si facilité qu'on pourrait le croire par l'anonymat, puisque seuls 18% des sondés ont admis en être amateurs ; mouais…

LIRE AUSSI >> L’anulingus, nouvelle star de la pop culture ?

Enfin, 5% des sondés ont manifestement été très sensibles à la campagne sanitaire "manger bouger" du gouvernement puisqu'ils invoquent "des raisons de santé dans leur routine de masturbation". Loin d'être idiot, rappelle Megwyn White, sexologue chez Satisfyer : « En vieillissant, la production de nouvelles cellules diminue. Les muscles déclinent  naturellement, ce qui est également favorisé par le manque d'exercice. Des rapports sexuels réguliers, la masturbation et l'entraînement  du plancher pelvien peuvent avoir un effet préventif. » Un entretien de vidange particulièrement sain chez les hommes vieillissants, afin de prévenir « les problèmes typiques de la vieillesse, tels que  l'incontinence, les problèmes de prostate ou les troubles de l'érection ». Bref en mai ou ou pas, fais ce qu'il te plaît, c'est bon pour ta santé !

LIRE AUSSI >> Ma première fois à l’espace naturiste du bois de Vincennes

LIRE AUSSI >> Le psyllium, nouvelle bottom révolution

Crédit : photo d'illustration, Dollar GillUnsplash


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail