facebook

Les étudiants tunisiens remis en liberté provisoire

Kairouan

Les 6 jeunes étudiants arrêtés pour homosexualité en Tunisie, dans la ville de Kairouan début décembre ont été remis en liberté provisoire hier jeudi, lors de leur procès en appel. Une caution de 500 dinars (soit près de 230 €) a été payée par chacun des étudiants. La prochaine audience est fixée au 25 février prochain.
Dénoncés par des voisins pour des « pratiques homosexuels », les inculpés, âgés de 19 à 23 ans, ont dû subir un test anal pendant leur interrogatoire. Une pratique dénoncée par différentes associations de défense des droits de l'homme. Ils avaient été condamnés de trois ans d’emprisonnements, avant de faire appel. Il s’agit de la peine maximale prévue par l’article 230 du code pénal tunisien, criminalisant la sodomie. Les trois juges qui avaient rendu leur première décision le 10 décembre dernier, étaient allés très loin, en bannissant les six étudiants de la ville de Kairouan pendant cinq ans. Selon l'avocate des jeunes homosexuels, Me Fadoua Braham,

"la punition de bannissement est une première pour des cas de ce genre, La loi date de 1913. Elle a été très rarement appliquée et concernait surtout des femmes prostituées dans les années 60 et 70."

 
 
 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail