facebook

Festival des Cultures LGBT : “La visibilité comme rempart contre les discriminations”

“Associer toutes les expressions artistiques autour de la visibilité LGBT”. C’est en ces termes que Flora Bolter, la co-présidente du Centre LGBT d’Île-de-France qui organise cet évènement, définit l’objectif de ce Festival des Cultures LGBT.

Trois semaines de festivités avec au programme des expositions de photos, de peintures, des projections suivies de débat, des conférences, des concerts… Bref, une programmation très éclectique, où chacune des lettres est représentée, et qui investit de nombreux lieux de vies de la capitale. “En terme de vivre ensemble, c’est important que l’on se retrouve tous dans des lieux de proximité, aussi bien entre LGBT et personnes extérieures, autour de notions artistiques et de découvertes” explique Flora Bolter. Trois mairies accueillent cette année des évènements : celles du IIIème, du Xème et du XIXème. Trois mairies sur les vingts que comptent Paris, ça fait peu : “Je pense que le projet n’a pas assez percuté cette année mais je suis sûre que l’an prochain on aura plus de retours” justifie Flora Bolter. On l’espère.

Soutien de la Mairie de Paris

À la Mairie de Paris, on se réjouit de l’existence de ce Festival des Cultures LGBT : “Cet évènement permet de faire un peu plus prendre conscience de tout ce que Paris, et la France plus largement, doit à la culture des personnes et des groupes LGBT” explique Hélène Bidard, adjointe à la Mairie de Paris, chargée de l’égalité femmes/hommes, de la lutte contre les discriminations et des Droits Humains.

“C’est une culture très riche qui fait partie de la vie quotidienne des parisiens et qu’il est très important de mettre en avant” poursuit Hélène Bidard. Pas de soutien financier spécifique à l’évènement de la part de la Mairie de Paris mais une aide logistique qui a permis au Centre LGBT Île-de-France de rentrer en contact avec des acteurs culturels de la ville qu'ils auraient eu plus de mal à approcher.

“C’est le moment de faire ce genre de festival, ce n’est pas le moment de reculer”

Pour Hélène Bidard, ce festival arrive au bon moment : “Après le Mariage pour Tous, il y a eu beaucoup de violences”. Les actes homophobes ont certes baissé de 38% en 2014 mais ils avaient bondis de près de 78% en 2013. "Il est temps que tout le monde retourne à une vie normale. C’est le moment de faire ce genre de festival, ce n’est pas le moment de reculer”.

Il est vrai que jusqu’à maintenant, il n’y avait pas de festival ouvert à tous les acteurs LGBT comme celui-ci. C’est désormais chose faite et c’est bien parti pour continuer. Le Centre LGBT Île-de-France souhaite en effet que cela devienne un rendez-vous annuel et davantage ouvert sur la banlieue parisienne. Un moyen d’ouvrir le festival et ainsi de se rendre visible au plus grand nombre : “La visibilité comme rempart contre les discriminations” aime à rappeler Flora Bolter. “Comme moyen de partage aussi, car l’art et la culture sont des moyens d’apaiser et aussi d’attirer un public assez large, qui ne connaît pas forcément ces questions LGBT mais qui s’y intéresse”. Mais apaisés, les esprits le sont-ils ? “On est serein. Mais la sérénité, ça se construit”.

Festival des Cultures LGBT, du 25 janvier au 15 février 2016

Toute la programmation sur festivaldescultureslgbt.org


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail