amourCourrier du coeur : "Quel effet a vraiment l'alcool sur ma sexualité ?"

Par Môôôsieur Jérémy le 20/10/2016
alcool,panne d'érection,hotline,môôôsieur jeremy,drogue

Allô Môôôsieur Jérémy ? Oui, vous êtes bien sur la Hotline de TÊTU. Aujourd’hui, notre chroniqueuse se penche sur le cas de Djalil qui a des problèmes de chauffage (c'est l'hiver dans son calcif)…

Vous avez un message de Môôôsieur Jérémy : Mes petits porcelets ! Oui c’est encore moi, Môôôsieur Jérémy ! Comment ça vous ne me connaissez toujours pas ? Je réponds pour Têtu aux questions existentielles des hommes qui aiment les zizis et ceux qui vont autour. Comme ici ! J'en ai dévalé des kilomètres d'escaliers majestueux, jonchée sur mes 18 cm, avec mon sac à main plein de paillettes et la bouche pleine de conseils avisés. J’en ai vu des passions (pas toujours sincères) s’emballer, j’en ai ramassé des esseulés à la cuillère ! Alors si tu cales en marche-arrière ou que tu as le cœur grenadine, ce service public est pour toi : envoie ta question en bas de page !

DJALIL : Môôôsieur, je ne bande plus alors que je suis toujours super excité ! Mais qu’est ce qui cloche ?

Môôôsieur Jérémy : Ah, tu as l’éolienne qui fait des économies d’énergie à ton corps défendant. Ton pénis est devenu écolo, peut-être ? Malheureusement pas de bouton magique ou de fonction reboot pour les organes humanoïdes. Il va falloir creuser dans ton cerveau ou tes habitudes ? À quelle occasion tu ne bandes plus ? Le matin ? Le soir ? NEVVVVER ???
penis limp dick bike booty SWIGGITY
Le corps humain a cela de fascinant qu’il n’est pas une machine comme les autres. Il t’envoie des signaux de détresse, quand il fonctionne mal c’est qu’il faut prendre soin de lui.
Comme je dis souvent pour me la péter: “If you can't take care of yourself, how you gonna take care of somebody else ?” (Si tu ne peux pas prendre soin de toi-même, comment veux-tu prendre soin des autres ? Une réflexion inspirée par ma cousine RuPaul).
Est ce que tu manges bien ? Est-ce que tu bois ou prends des substances chimiques pour le sexe ? Est-ce que tu viens pour les vacances ?
Écoute, je ne suis ni tante-la-pudeur, ni Angélique, ni Marie-Chantal, mais tu sembles avoir une sexualité très liée aux addictions, et notamment aux produits « psycho-actifs » (les drogues). Peut-être même que tu développes une addiction à la sexualité ? Et comme toute addiction, tu peux très bien la vivre, mais aussi tomber dans la pathologie, avec des prises de risque accrues lors du sexe.
Certes, elles désinhibent, mais toutes les drogues - tabac inclus - font baisser l’excitation.  Comme si tu mettais du lube au menthol pour t’ouvrir les chakras mais avec un effet anesthésiant sur ta petite fleur. C’est ballot...
- Le tabac empêche la circulation du sang et calcifie les vaisseaux, ce qui tend à rendre le pénis moins vaillant, et plus petit. Comme les shoots de graisse de ta junk-food, ça rend les kikis riquiquis.
- Le cannabis est la seule drogue à faire monter le désir.
- La MDMA la seule à augmenter la puissance de l’orgasme. Mais niveau excitation, c’est le même topo : drapeau en (Stéphane) berne. (Pardon).
- Avec les autres trucs encore plus forts (cocaïne, GHB, Slam, héroïne...) on est plus dans l'illusion du plaisir. Ça décoince, mais ça débande aussi souvent.
La consommation de produits ("plan chem") chez les gays fait augmenter le nombre de relations non-protégées, et donc les risque de contracter des maladies...
Tu prends des médocs ? De l’alcool ? Parce que l’alcool c’est le combo-perdant des érections sublimes : ça rend l'érection et la lubrification difficile, diminue le désir sexuel en réduisant la sécrétion de testostérone – ce qui peut avoir pour effet de te faire pousser des glandes mammaires, oui oui oui – et surtout retarde l'orgasme. Bref, il faudrait qu’on nous apprenne à l’école : « un litre de vodka-pomme quotidien rend impuissant ». Donc meilleur parce que tu l’oublies ?
Tu devrais en parler à ta mamie, elles sont toujours de bon conseil les grands-mères. La mienne disait tout le temps : "Un doigt, deux portos. Mais jamais en même temps".
Il faudrait peut-être que tu te questionnes sur la sexualité que tu as mise en place… Souhaites-tu privilégier la quantité à la qualité ? Le sexe, ce n’est pas qu’un exercice de muscu ou une corvée, pas non plus une psychothérapie. Les sexologues et les addictologues, à l’hôpital ou en ville, peuvent t’amener à te retourner sur toi-même. Pour une fois ! La plupart sont gay-friendly (mais vérifie avant !) Il y a des assos gay qui donnent des conseils sur le chemsex ou la conso d'alcool (comme AIDES ici), alors comme je dis dans ces cas-là : "Dégaine ton bigophone si tu veux que ton bigorneau fonctionne !"
Sur ce, je te laisse, je pars en séminaire "Découvrir sa zone périnéale" ! Bisous !
happy car pig geico fun

Pour plus d'infos :

A LIRE AUSSI

Chemsex : la nouvelle et dangereuse tendance du sexe gay

Posez votre question à Môôôsieur Jérémy :

[contact-form-7 404 "Non trouvé"]