Christiane TaubiraMacron suscite l'indignation en parlant du mariage pour tous

Par Julie Baret le 16/02/2017
Emmanuel Macron détaille ses propositions en faveur des personnes LGBT lettre ouverte

Après Jean-Luc Mélenchon, un autre candidat à l'élection présidentielle fait de gros appels du pied à l'électorat conservateur et à la Manif pour tous.

Dans une interview accordée à l'édition papier de L'Obs (numéro du 16 février 2017) où il explique - entre autre - son "rapport singulier avec la religion", Emmanuel Macron s'est en effet fendu d'une analyse bien à lui des débats autour du mariage pour tous. Interrogé sur la diversité idéologique de son entourage, et expliquant qu'il "admire l'entrepreneur culturel" que serait Philippe de Villiers (bien qu'il n'approuve pas sa politique), le fondateur d'En Marche déclare page 40 :

Je suis obsédé par la réconciliation des histoires. (...) Une des erreurs fondamentales dans ce quinquennat a été d'ignorer une partie du pays qui a de bonnes raisons de vivre dans le ressentiments et les passions tristes. C'est ce qui s'est passé avec le mariage pour tous, où on a humilié cette France-là.  Il ne faut jamais humilier, il faut parler, il faut "partager" des désaccords.

Mais qui a humilié qui, lorsque des centaines de milliers de personnes ont défilé dans la rue, enfants à témoin et pancartes dans les mains, pour refuser des droits à d'autres êtres humains au prétexte de défendre la famille ? Qui a humilié qui, quand un mouvement à la politique ostensiblement homophobe a été reçu à l'Elysée ? Qui a humilié qui, lorsque François Hollande a évoqué l'idée d'une "liberté de conscience" pouvant permettre aux maires de France de refuser de marier des couples homos avant de ravaler sa bourde ? Qui a humilié qui, lorsqu'une question de société largement approuvée par la population française (les sondages le disaient) a entraîné d'interminables luttes politiques ? Qui a humilié qui, quand la promesse d'ouvrir la procréation médicalement assistée à toutes s'est délitée au fil du quinquennat et de l'hostilité conservatrice ? Si humiliation il y a eu, elle est bien évidemment ailleurs... Et puis, dans quelle mesure peut-on même parler d'humiliation alors que la loi Taubira a été adoptée selon le processus démocratique (pas d'ombre de 49.3 cette fois-ci) ?
Cette prise de défense révoltante a suscité l'indignation sur Twitter :

#Teamhumiliés

Un hashtag #Teamhumiliés est même né pour renverser la vapeur et rappeler qui a souffert de l'intolérance durant les sombres années 2012-2013 (explosion des violences et des agressions contre les gays, les lesbiennes, les trans ; parole homophobe libérée dans l'espace public et médiatique ; slogans d'appel à la haine ; amalgame moyen-âgeux ; et on en passe...).


Qui voulait séduire l'électorat réac' risque d'être frappé d'anathème... #BadBuzz