Cyril Hanouna lâché par une cinquantaine d'annonceurs après son canular

Cyril Hanouna canular Touche pas à mon poste

Les grandes marques continuent de quitter le navire Touche pas à mon poste par dizaines. Sur les 68 annonceurs présents sur le créneau horaire le jour du canular homophobe, une quarantaine s’est retiré du programme.

Il n’y a pas eu le moindre spot publicitaire lors de l’émission Touche pas à mon poste du mardi 23 mai ; la direction de la chaîne aurait pris cette décision pour ne pas faire de différence entre les annonceurs – minoritaires – ayant maintenu leurs espaces pubs, et les autres. Bon nombre ont été interpellés par Twitter quelques heures après la séquence visée par la critique, notamment grâce à un tweet du journaliste Sylvain Chazot détaillant les coupures pub du 18 mai :

Un boycott inédit contre l’homophobie

Buzzfeed, qui met régulièrement à jour le positionnement des marques, a résumé cette désolidarition massive par un graphique :

Cyril Hanouna canular Touche pas à mon poste
©Buzzfeed

 
« Ce n’est pas la première fois que ça dérape et les annonceurs n’avaient pas eu la même position. Mais là il y a un effet de répétition », analyse le consultant en stratégie de marques Olivier Creusy cité par Ouest France. Grâce à cette « posture symbolique » communiquée la plupart du temps par un court tweet annonçant le retrait des investissements publicitaires en raison d’un écart de « valeurs » et du refus d’être assimilé à la polémique, les grandes enseignes maintiennent ainsi leur e-reputation, mais pour combien de temps ? « Je ne sais pas si les annonceurs vont tenir longtemps », tempère le consultant.
Alors que Touche pas à mon poste représente 40% des recettes de C8, c’est bien la chaîne qui est attaquée « au porte-monnaie », comme l’ont souligné nombre de rédactions. Cyril Hanouna a lui doublé ses excuses publiques d’une lettre ouverte publiée sur Libération. L’animateur y argue une prise de conscience tardive sur « la conséquence de certaines de (ses) attitudes », agite une « liberté d’expression » non « méritée », et rebondit sur la France, pays qui n’est pas prêt à « rire de tout avec tout le monde », s’improvisant hérault de la lutte contre l’homophobie.

Lâché par les pubs, mais pas par le CSA

Beaucoup de commentateurs y voit une résonance avec le scénario que subit Jean-Marc Morandi, soupçonné de corruption sur mineur à l’automne dernier. Face à la pression des annonceurs, le groupe Canal+ avait déplacé son émission à une heure plus creuse, pour conserver les investissements publicitaires en prime time.
En plus du bad buzz, la chaîne C8 risque des sanctions – lesquelles peuvent aller de l’amende à l’interdiction d’émettre – du CSA qui a annoncé l’ouverture d’une procédure, et Cyril Hanouna une poursuite au pénal si Le Refuge décide de porter plainte.
 

Retrouvez TÊTU en kiosque :

« Make America Gay Again » : au sommaire du magazine TÊTU n°214

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail