agressionUn couple gay, entouré de ses amis, a été agressé en plein cœur de Paris

Par Aurore Gayte le 26/06/2017
agresion homophobes paris photos twitter hidalgo

Agressé à Paris la semaine dernière, Basile, 25 ans, a tenu à témoigner, "parce qu'il n'y a pas de petites violences homophobes".

La scène a lieu mardi 20 juin, veille de la fête de la musique, en plein Paris et juste à coté du Marais, le quartier gay de la capitale. Le soir, après un pique-nique sur les quais de Seine avec des amis et son compagnon, Basile raconte qu'ils "s’assoient tous ensemble sur un banc, au niveau de l'Hôtel de Ville, avec une dernière bière et de la musique". Avant de continuer, il précise qu'il ne se souvient pas de grand chose, "seulement de flash",  que ce sont ses amis qui lui ont raconté la majorité de ce qu'il s'est passé cette soirée-là.

Ils étaient environ sept, et ils ont commencé à nous tourner autour et à nous regarder bizarrement. Je me souviens qu'ils s'en sont pris à mon copain, qu'ils l'ont tapé. J'ai essayé de m'interposer, je me suis pris un coup et je suis tombé. J'ai perdu connaissance à ce moment-là.

Lorsque Basile revient à lui, il se trouve dans une ambulance l'emmenant à l'hôpital. "Mes amis m'ont protégé des coups lorsque j'étais à terre, et un autre est parti chercher de l'aide. Les agresseurs sont rapidement partis après ça."
Basile passera la nuit à l'hôpital, où les examens médicaux révèle un traumatisme crânien, mais rien de sérieux. Son copain ne souffre que d'hématomes. "On a beaucoup de chance, on s'en sort sans séquelles, mais ce n'est pas le cas pour tout le monde." En rentrant chez lui, au petit matin, il décide de poster la photo de son t-shirt maculé de sang et de ses lunettes cassées, "pour témoigner, pour que les gens se rendent compte que ce genre d'agression arrivent encore aujourd'hui, même à Paris, même à quatre jours de la Gay Pride, même à une centaine de mètres du Marais, et même à des personnes en groupe."


Son tweet fait rapidement le buzz sur les réseaux sociaux, la maire de Paris de Anne Hidalgo lui répondant personnellement, ainsi que plusieurs autres personnalités.


Basile a porté plainte dès le lendemain pour agression en bande à caractère homophobe. La mairie a retransmis les vidéos de surveillance à la police afin d'aider les recherches, mais les agresseurs n'ont pour l'instant pas encore été interpellés.
Malgré trois jours d'ITT, Basile a tenu à retourner travailler deux jours plus tard, afin de reprendre le cours normal de sa vie. Il se sait chanceux, mais souhaite avant tout faire passer un message :

Il n'y a pas de petites violences homophobes. Beaucoup de gens en subissent au quotidien, que ça soit dans la rue ou même dans leurs familles. Je sais que ça n'est pas facile, mais il faut témoigner de ces violences, physiques ou verbales. Il faut montrer que ces violences continuent d'exister.

Pour "conclure cette histoire", Basile et son copain se sont rendus à la Marche des Fiertés de Paris ce samedi, et comptent très prochainement retourner sur la place de l'Hôtel de Ville, "pour conjurer le sort".

Retrouvez TÊTU en kiosque :

« Make America Gay Again » : au sommaire du magazine TÊTU n°214