facebook

Exclu TÊTU : Une personne LGBT+ sur deux accepte de faire son coming out au travail

Alors qu'une majorité de personnes LGBT+ se dit prête à révéler son orientation sexuelle au travail, seule une sur deux l'a réellement fait, selon une enquête BCG pour TÊTU.

C'est encore difficile de se dire LGBT au travail en 2018. C'est ce que révèle la quatrième édition d'une étude du Boston Consulting Group, réalisée pour la première fois avec le concours de TÊTU. L'institut a interrogé plus de 4000 personnes de moins de 35 ans dans 10 pays différents. Résultat : une étude passionnante intitulée « le paradoxe des talents LGBT +».

Premier paradoxe justement : seule une personne LGBT+ sur deux a fait son coming out au travail (52%) alors que 80% des interrogé.e.s se disent prêts à le faire. « Ce constat est révélateur des tensions et des ambiguïtés que les LGBT+ vivent au quotidien », note l'étude.

En effet, 35% des interrogé.e.s pensent qu'être "out" au travail peut représenter un risque pour leur carrière et 46% mentent sur leur orientation sexuelle à leur manager lors d'une discussion informelle.

Les personnes transgenres plus inquiètes

Et les écarts se creusent quand on zoome sur les résultats. D'abord avec les femmes qui ne sont que 43% à être "out" au travail contre 57% d'hommes. Ensuite avec les personnes non-binaires, dont seules 46% ont fait part de leur orientation sexuelle au travail ou les bisexuel.le.s qui eux, ne sont que 37% à être "out" au travail.

Le cas des personnes trans' est particulièrement frappant. En France, s'ils sont une majorité à avoir fait leur coming out au travail mais une personne transgenre sur deux (48%) pense que le faire peut représenter un risque. Un chiffre qui descend à 29% si l'on regarde l'ensemble des LGBT+.

L'institut BCG a également demandé aux personnes interrogées si elles pourraient travailler dans un pays qui criminalise l'homosexualité. Réponse : plus de trois personnes trans' sur quatre (73%) refuseraient contre une personne LGBT sur deux (54%).

Une nette amélioration

On note toutefois que la situation s'améliore. En 2015, toujours en France, ils étaient deux LGBT+ sur trois (65%) prêts à révéler leur orientation sexuelle à leur travail contre trois sur quatre aujourd'hui (76%). En outre, un.e interrogé.e sur deux pensait en 2015 qu'être "out" rendrait sa vie au travail plus difficile contre un.e sur trois (29%) en 2018.

Mais il reste beaucoup de travail ! L'hexagone fait figure de mauvais élève à côté de ses voisins néerlandais, britanniques ou suisses qui arrivent en tête du classement.

Comment faire ? « Les entreprises devront aller plus loin pour se différencier et attirer les talents : développer un réseau LGBT+ au sein de l'entreprise, s'assurer que les avantages sociaux soient inclusifs des LGBT+ », recommande l'étude. Vous êtes averties.

L'étude a été menée entre juillet et septembre 2018 sur plus de 4000 personnes dans 12 pays différents (France, Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Espagne, Italie, Brésil, Etats-Unis, Mexique, Autriche, Suisse et Canada). Les personnes interrogées étaient des étudiants et jeunes actifs de moins de 35 ans majoritairement LGBT+.

Thomas Delano, principal chez BCG, décrypte les chiffres-clés de cette étude BCG-TÊTU :

Crédit photo : Shutterstock


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail