Tuto fellation, ciseaux et bienfaits de la masturbation : toutes les bonnes raisons de voir « Sex Education »

Sex Education Season 1

Quelque part entre "Skins", "Freaks and Geeks" et "Master of Sex", la nouvelle série Netflix "Sex Education", avec Gillian Anderson, parle de la sexualité des ados comme aucune autre auparavant. Avec à la clé des fous-rires et des conseils pour tous les âges.

Une simulation d'orgasme masculin dès la première minute. La préparation d'une masturbation dans la suivante. En deux minutes, "Sex Education" donne le ton. Et fait pénétrer le spectateur au coeur du sujet. Celle de la sexualité maladroite et drolatique d'ados. Chauds comme des baraques à frites, ils vont bénéficier d'une aide inespérée.

La nouvelle série de Netflix suit Otis, un ado vierge et introverti qui connaît tout ou presque sur le sexe. Il faut dire que sa mère, jouée par la géniale Gillian Anderson, est sexologue. Il monte un cabinet clandestin de thérapie sexuelle et de couple avec Maeve, fille rebelle de son lycée. Et passe le reste de son temps à traîner avec son meilleur ami Eric, ouvertement gay et aussi paumé que lui.

Pénis en gros plan et humour british

Sex Education Season 1

Ces consultations offertes par Otis sont l'occasion de judicieux rappels pour les spectateurs de tous âges sur le plaisir sexuel, la drague, le consentement, etc. Des séquences toujours drôles, d'autant que les (très bons) conseils proviennent d'un ado vierge de toute relation sentimentale ou sexuelle. Le camarade de classe qui nous a tous manqué à un moment ou à un autre de notre vie.

Si les scènes de nu sont bien plus justifiées (et moins nombreuses) que dans "Game of Thrones", préparez-vous quand même à quelques images... frontales. Pas sûr donc que regarder "Sex Education" dans les transports en commun soit la meilleure idée. C'est au contraire bien au chaud chez vous que vous serez le mieux pour profiter de l'humour british et parfois trash de la série. Et pour apprendre que "rien ne dit 'Joyeux avortement' aussi bien qu'un bouquet".

A noter également, l'excellente bande son de la série. Plutôt rock et drôlissime. Les paroles chaque chanson viennent répondre comme une blague, souvent graveleuse évidemment, à l'action des personnages.

Sexualités LGBT, supplément galères adolescentes

Sex Education Season 1

Mais là où "Sex Education" est vraiment réjouissante, c'est dans sa manière de raconter la sexualité adolescente. Et notamment celle des ados LGBT. Des personnages nombreux, avec des profils et des degrés d'activité sexuelle variés. Notre coeur fond évidemment pour Eric, le meilleur ami d'Otis. Joué par Ncuti Gatwa, le personnage out auprès de ses amis galère autant que les autres. Pas facile de se trouver un mec dans la campagne anglaise. Surtout quand les scénaristes ont la finesse de ne pas mettre en couple les deux seuls ados ouvertement gays du lycée. Une situation bien plus réaliste que la plupart des teen movies.

Dans les consultations que donne Otis à ses camarades, les sexualités LGBT sont traitées de manière égale à celles des hétéros. Sans que leur particularité ne soit niée. Il faut dire que "Sex Education" ne craint pas de rentrer dans les détails quand il s'agit de sexe. Pour ne citer qu'elle, la scène de "tuto fellation" collectif  nous a plié.

La représentation des LGBT va bien au-delà de la question sexuelle. En témoigne la subtilité avec laquelle "Sex Education" introduit les deux mères d'un personnage, sans jamais insister sur le sujet façon "regardez comme on coche bien toutes les cases".

Maeve et Jean, une ado et une quinqua totalement badass

Sex Education Season 1

La série séduit aussi grâce à deux personnages féminins forts. D'abord Jean, la mère d'Otis. La sexologue jouée par Gillian Anderson est la mère la plus cool et la plus gênante imaginable. Totalement libérée, elle multiplie les conseils sexuels envers son fils. Sans aucun filtre. L'actrice parvient à rendre ce personnage sexy en toutes circonstances. Même lorsqu'elle rote sa soupe.

Mais c'est pour Maeve que notre coeur fond réellement. C'est cette ado rebelle qui a l'idée de génie du cabinet clandestin de thérapie sexuelle. Joué par Emma Mackey, son personnage s'avère très vite beaucoup plus intéressant et complexe que celui de la râleuse aux cheveux roses. Et pour ne rien gâcher, c'est une grande lectrice de Virginia Woolf.

La première saison de "Sex Education" compte huit épisodes d'une heure. Elle sera diffusée sur Netflix à partir du vendredi 11 janvier.

Crédits photos : Netflix.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail