VIDEO. « Les injures homophobes n’ont rien à faire dans un stade de football ! »

C’est un cri qui monte de la tribune, repris en cœur et fredonné par tout un groupe de supporters. « Les Lyonnais », ou « les Marseillais », c’est selon, sont « des PD ». Ces injures homophobes, punies par la loi, sont légion dans les stades de foot. Immortalisées, parfois, par des vidéos amateurs, elles ne sont que rarement, voire jamais, sanctionnées. C’est ce que dénonce le collectif Rouge direct (anciennement Paris-Foot Gay), qui lutte contre l’homophobie dans le foot. Depuis février, ses membres lancent un appel aux spectateurs, les invitant à filmer les chants insultants qu’ils entendent dans les gradins, et à leur envoyer les vidéos. Avec les images recueillies, les militants espèrent faire bouger la Ligue de football professionnel (LFP) et la pousser à prononcer des sanctions.

Car il n’y a rien de naturel ou d’inévitable à cette homophobie patente, martèle le porte-parole de Rouge direct, Julien Pontes : « Il faut arrêter de considérer que les propos homophobes font partie de la culture ou du folklore du football. Ils n’ont rien à faire dans un stade de foot, ni ailleurs ».

3 ans d’interdiction de stade

Pas plus que les comportements racistes, rappelle-t-il, citant la mesure disciplinaire prononcée en 2017 contre le club de Bastia. La LFP avait ordonné la fermeture d’une tribune et un point avec sursis à l’encontre du club corse, en réponse aux cris de singe entonnés contre l’attaquant de Nice, Mario Balotelli.

En janvier, nous vous parlions aussi d’une sanction prise dans le cadre du championnat anglais. Un supporter de Chelsea était condamné à trois ans d’interdiction de stade et près de 1.200 euros d’amende pour avoir crié des messages homophobes lors d’un match contre Brighton. « Ça fera réfléchir beaucoup de monde », commente Julien Pontes.

Alors à vos smartphones : envoyez vos vidéos à contact@rougedirect.org, en précisant la date et le lieu.

A LIRE AUSSI : Football : un supporter de Chelsea interdit de stade trois ans pour homophobie

Et pour retrouver plus de vidéos TÊTU, abonnez-vous à notre chaîne YouTube !

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail