« Voix de pédale », « séropositif »… : Europe 1 épinglée par la Cnil pour avoir fiché ses auditeurs

La Cnil a épinglé la radio Europe 1 pour des « commentaires excessifs » sur des auditeurs, contenant parfois insultes ou informations personnelles comme l’orientation sexuelle. Un avertissement qui n’avait, à l’époque, pas été rendu public.

L’information vient seulement d’être révélée. Selon nos consoeurs et confrères de Mediapart, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) avait épinglé la radio française Europe 1 en 2017 pour des pratiques « de fichage d’auditeurs ».

« Mediapart révèle un rapport de la Cnil mettant au jour, en 2017, des pratiques honteuses de fichage des auditeurs d’Europe 1. La direction avait alors corrigé ces dérives inadmissibles », a réagi sur Twitter le vice-PDG de la station Laurent Guimier.

https://twitter.com/laurentguimier/status/1099777094287020032

Dans son enquête publiée dimanche, Mediapart indique que la radio a enregistré des fiches contenant des informations sur plus d’un demi-million d’auditeurs via un logiciel qui les stockait depuis 2002.

« Voix de vieille pédale », « il est homo », « séropositif »…

Sur le site de la Cnil, il est indiqué qu’en avril 2017 un « avertissement non public » a été prononcé contre une « station radiophonique » pour des « commentaires excessifs sur les auditeurs d’une radio ». Les principaux manquements que relève le régulateur sont : « Non pertinence, non adéquation et caractère excessif des données, collecte de données sensibles, non définition et non-respect d’une durée de conservation des données ».

Concrètement, les standardistes de la radio remplissaient des fiches sur les auditeurs qui souhaitaient passer à l’antenne, ce qui n’est pas anormal sauf qu’ils ajoutaient parfois des appréciations personnelles du type « facho », « voix de vieille pédale », « accent du Maghreb » et des commentaires sur la santé ou l’orientation sexuelle : « il est homo », « séropositif », « a besoin de parler de son cancer », détaille Mediapart.

Une « erreur technique »

La secrétaire générale d’Europe 1, Anne Fauconnier, a assuré au site d’enquête que « la conservation des données sur une longue période provient d’une erreur technique ». La station a également purgé ses bases de données et rappelé à l’ordre ses équipes de téléopérateurs. Quand un manquement sérieux est identifié par la Cnil, elle peut prononcer des sanctions publiques ou non-publiques, pécuniaires ou non-pécuniaires (rappel à l’ordre, injonction…).

Dans le cas d’Europe 1, aucune amende n’a été adressée et les faits n’ont pas été transmis à la justice, souligne Mediapart, auprès de qui un membre de la Commission ayant participé au contrôle s’est justifié : « On est là pour accompagner les entreprises dans leur mise en conformité. Pas pour les pénaliser. Europe 1, c’était globalement un problème de management ».

(Avec AFP)

Crédit photo : Wikimedia commons.

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail