La ministre des Sports préconise l’interruption des matchs en cas de chants homophobes

Dans une interview à RMC Sports ce mardi 2 avril, la ministre des Sports Roxana Maracineanu a préconisé l’interruption des matchs en cas de chants homophobes.

C’est un sujet dont on entend beaucoup parler depuis quelques jours. Comment sanctionner et bannir les chants homophobes des stades ? Interrogée sur le sujet ce mardi 2 avril, la ministre des Sports, Roxana Maracineanu a préconisé l’interruption pure et simple des matchs.

« La FIFA peut arrêter un match quand elle entend un chant raciste. Elle peut arrêter un match lorsqu’elle entend une insulte homophobe. Pourquoi ne pourrait-elle pas le faire ? », s’est-elle interrogée.

Prévenir et responsabiliser

La ministre s’est ensuite réjouie que « tout le monde soit d’accord sur le fait qu’il faut de la prévention (…) et responsabiliser les clubs » [de football]. « Ce n’est pas infliger de nouvelles sanctions mais plutôt étendre le champ des sanctions, qui sont aujourd’hui la règle pour les discriminations raciales, à l’homophobie », a-t-elle ajouté.

« Ce qui paraît acceptable et normal de la part de la majorité des supporters et également dans la population où maintenant, parler d’homosexualité, il faut le faire de manière naturelle et surtout pas avec des insultes. »

Polémique

C’est la ministre elle-même qui avait rouvert ce débat le 23 mars dernier en jugeant « inadmissibles » les chants entendus lors du dernier clasico « PSG-OM » au Parc des Princes, le 17 mars. Elle avait alors défendu la mise en place par la Ligue de football professionnelle (LFP) de « pénalités » pour les clubs qui connaissent des dérives de supporters.

Crédit photo : Pixabay.

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail