« Il nous a volé notre coming-out » : une affaire d’outing forcé devant la justice

[PREMIUM] Après avoir été outés de force par leur ex-petit ami, Jamel et Sofiane, deux jeunes hommes vivant en région parisienne, ont décidé de porter plainte pour « atteinte à la vie privée ». Pour TÊTU, ils ont accepté de raconter le calvaire qu’ils ont vécu.

9h30, tribunal de Paris. Jamel et Sofiane* sont assis sur l’un des bancs de la vaste salle d’audience 4.22. Les deux hommes, âgés respectivement de 25 et 21 ans, écoutent avec attention leur avocat plaider devant la vice-présidente du TGI (Tribunal de grande instance). « Le coming-out d’une personne homosexuelle n’appartient qu’à elle, lance Me Cellupica d’un ton assuré. Ce n’est pas à votre client [il pointe l’avocat de la défense du doigt] de la révéler à leur place. C’est proprement scandaleux. »

Car si les deux hommes sont présents aujourd’hui, c’est parce qu’ils ont tous les deux attaqué en justice l’ex-petit ami qu’ils ont en commun pour « atteinte à la vie privée ». Plus précisément, ces deux habitants de la région parisienne l’accusent de les avoir outés auprès de leurs familles et sur les réseaux sociaux. Un motif qui conduit rarement les victimes à saisir la justice, mais qui, malheureusement, est encore trop courant.

« J’ai vite remarqué qu’il était lunatique et colérique »

Pour mieux comprendre cette affaire, nous nous sommes entretenus avec les deux hommes, qui ont souhaité rester anonymes. Sofiane a été le premier à rencontrer Damien*, en juin dernier. « On s’est connu quand j’étais client dans sa boutique, nous raconte ce jeune homme habillé d’une veste en cuir noir, d’un pantalon de survêtement et d’une paire de baskets blanches. J’ai vite remarqué qu’il était lunatique et colérique. Il essayait tout le temps d’avoir accès à mon téléphone, il voulait savoir où vivaient mes parents… »


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail