Sidaction 2019 : un « succès populaire » avec 4,5 millions d’euros de promesses de dons

Sidaction dons

Les promesses de dons ont augmenté pour l’édition 2019 du Sidaction, qui s’est tenu les 5, 6 et 7 avril derniers. Cette campagne pour financer la lutte contre le sida a fêté ses 25 ans cette année.

4,5 millions d’euros de promesses de dons. C’est le bilan du Sidaction 2019, qui s’est tenu les 5, 6 et 7 avril. Des chiffres en hausse par rapport à 2018, pour un anniversaire un peu particulier : l’événement caritatif a fêté ses 25 ans cette année.

« Un succès populaire »

« Dans un contexte économique parfois tendu pour la population et de baisse des dons aux associations, le public a été particulièrement engagé à l’occasion des 25 ans » du Sidaction, s’est félicitée Florence Thune, directrice générale de Sidaction, évoquant un « succès populaire ». Dans une interview à TÊTU, elle détaillait, le 4 avril, l’impact des 4,4 millions de promesses de dons enregistrées en 2018 : « Cela nous a permis de financer 81 associations sur l’ensemble du territoire français qui comprend l’outre-mer. Nous avons également soutenu 72 projets de recherche autour du VIH/Sida menés par de jeunes chercheurs. Enfin, nous soutenons 32 associations dans 19 pays différents à l’international », avait-elle expliqué.

Cette année, le nombre de dons par SMS a atteint un record, a-t-elle relevé. Et comme en 2018, « cette édition a de nouveau été marquée par un don exceptionnel d’un grand donateur », a indiqué l’association.

A LIRE AUSSI : « Le VIH doit faire peur, pas les séropos » : rencontre avec Florence Thune, directrice du Sidaction

« Le Sidaction doit continuer d’exister »

Le nombre de porteurs du virus du sida en France est évalué à environ 173.000. « Le Sidaction doit continuer d’exister parce que le virus du sida existe toujours. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Cela fait plusieurs années que l’on tourne autour de 6.400 nouvelles découvertes de séropositivité par an en France », expliquait Florence Thune sur TÊTU. Un nombre qui ne baisse plus depuis plusieurs années.

« Nous voulons rappeler que le virus du sida est toujours là et qu’il concerne les jeunes et les moins jeunes. Vingt-deux pour cent des nouveaux diagnostics de séropositivité concernent les plus de 50 ans », a déclaré à l’AFP Florence Thune. « Même cette génération qui a vécu cette période terrible des années 1980/1990 où les gens mourraient en nombre à cause du sida, a oublié que le VIH était toujours là », a-t-elle ajouté. L’association « met l’accent sur les jeunes car s’il sont contaminés à 20 ans, ils devront prendre des traitements à vie », en l’état actuel de la médecine, relève-t-elle.

A LIRE AUSSI : VIH/Sida: une équipe de Pasteur identifie une piste pour éliminer les réservoirs du VIH

Encore des efforts en matière de dépistage

« Beaucoup de personnes encore ne se font pas dépister et continuent à transmettre le virus aux autres », a souligné sur Europe 1 Françoise Barré-Sinoussi, présidente de Sidaction. « En France on estime à 24.000 le nombre de personnes porteuses du virus et qui ne le savent pas », a ajouté la scientifique.

A LIRE AUSSI : VIH/Sida : plus d’un tiers des découvertes de séropositivité sont trop tardives

Depuis près de 15 ans, le week-end du Sidaction représente environ 30% de la collecte de l’association Sidaction qui recueille des dons toute l’année. Le numéro d’appel 110 (numéro gratuit) destiné à recueillir les dons du public reste ouvert jusqu’au 14 avril. Les dons sont possibles toute l’année par internet ou par courrier.

(Avec AFP)

Crédit photo : Sidaction.

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail