arméeA l'Ecole Polytechnique, un bisou gay qui dérange

Par Marion Chatelin le 09/05/2019
Polytechnique

L'Ecole d'ingénieurs Polytechnique a censuré une affiche de l'association d'élèves LGBT+ représentant deux policiers qui s'embrassent. Le motif invoqué par la direction est le respect de l'uniforme. Explications.

Que se passe-t-il derrière les murs du campus de Polytechnique à Saclay ? La prestigieuse école d'ingénieurs, à la fois établissement de l'enseignement supérieur et militaire est pointée du doigt par une association d'anciens élèves et d'actuels étudiants, La Sphinx.  Après plusieurs scandales révélés par la presse sur le sexisme ambiant ou le manque cruel d'ouverture sociale au sein de l'école, c'est désormais l'homophobie de l'Ecole qui est dénoncée.

Ce groupement d'étudiants, d'anciens élèves et de personnes liées à l'Ecole polytechnique "ayant en commun une vision progressiste et une sensibilité aux enjeux sociaux et environnementaux" a publié une tribune, le 7 mai dernier, dénonçant la censure d'une affiche de l'association LGBT+ par la direction de l'école sur laquelle on voit deux policiers s'embrasser. Un acte jugé "arbitraire et homophobe" qui va "à l'encontre de la liberté d'expression des élèves et des valeurs de tolérance et de diversité de l'Ecole", écrit l'association.

L'affaire a été relayée dans un thread sur Twitter, elle est depuis massivement partagée, provoquant l'indignation des internautes.

"Deux personnes s'embrassent charnellement"

Mais que s'est-il passé exactement ? L'association LGBT+ de Polytechnique "XY" a organisé, le 23 avril dernier, une conférence intitulée "Politique des sexualités", avec comme invité le Dr. Sylvain Tousseul, philosophe et psychanalyste. Pour promouvoir la tenue de cet évènement, l'association a fait une affiche de communication avec l’œuvre "Kissing Coppers" de Banksy, artiste américain à la renommée internationale. On y voit notamment deux policiers s'embrasser.

TÊTU a pu se procurer l'affiche en question qui a également été diffusée par l'association sur les réseaux sociaux et par mail, le 15 avril dernier.

Polytechnique

Mais, surprise générale le 18 avril. Le colonel Leduc, qui se trouve être le "chef de corps", autrement dit le chef des militaires sur le campus, contacte l'association LGBT+ dans un mail que TÊTU a pu consulter. Il y formalise l'interdiction d'afficher cet élément de communication au motif qu'on y voit "deux personnes s'embrasser charnellement". Précision de taille, les affiches venaient d'être imprimées, mais n'avaient pas encore été apposées sur les murs prévus à cet effet dans l'enceinte de l'Ecole. L'interdiction a donc été prise avant même l'affichage.

Censuré

L'association XY s'est alors entretenue avec le Directeur général de l'Ecole, qui est aussi le général du corps d'armement, demandant que la position de la direction soit réévaluée. Mais le militaire et l'ensemble de la direction de l'Ecole a maintenu sa décision, jugeant cette affiche "trop impudique et provocante", des propos rapportés par l'association XY dans le journal de l'école que TÊTU s'est procuré.

L'affiche a alors été modifiée par les étudiants, qui ont décidé d'apposer le mot "censuré" dans un rectangle rouge sur les deux policiers.

Polytechnique

L'affaire a visiblement fait débat dans l'enceinte de l'établissement. Selon l'association La Sphinx, il aura fallu "une semaine de tergiversations et d’explications fluctuantes" de la part de la direction avant d'arriver à une justification claire. Le 23 avril, l'équipe dirigeante annonce aux membres de l'association que l'interdiction est justifié par le fait que "l’intimité prononcée visible entre deux personnes en uniforme n’est pas considérée adéquate dans une institution militaire".

De son côté, l'Ecole s'est finalement exprimée dans un communiqué envoyé à TÊTU vendredi 10 mai. La direction maintient son choix et précise que "le débat a porté sur l’uniforme porté par les hommes sur l’affiche (...) et certainement pas sur le symbole LGBT qu’elle illustre". Pas de mea-culpa, donc.

A LIRE AUSSI : Un soldat ukrainien fait son coming-out pour éveiller les consciences

Devoir de réserve

Fin de l'histoire ? Pas vraiment. Car la décision prise par l'équipe dirigeante est tout simplement arbitraire et infondée. Pourtant, l'argument a été jugé "audible" par l'association XY qui a reconnu n'avoir "pas considéré le problème sous ce point de vue."

Pour Denis Merigoux, secrétaire général de l'association La Sphinx et ancien élève de Polytechnique, les étudiants sont "sous pression".

"Tous les étudiants de Polytechnique sont également des militaires. Et comme tous militaires ils sont soumis au devoir de réserve. Cela signifie qu'ils doivent obéir aux ordres. Si la direction militaire leur dit que l'affiche sera censurée, ils s'y plieront."

Contacté par TÊTU, l'association XY n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet et dit "ne pas désirer la publication d'un nouvel article" sur le sujet. Et l'association de poursuivre : "Cette affaire a été close en interne en bons termes avec l'administration et nous ne souhaitons pas la rouvrir. Nous considérons que le caractère homophobe des faits n'est pas avéré et nous souhaitons conserver un dialogue constructif avec notre hiérarchie."

Des propos qui corroborent ceux de Denis Merigoux, outré par la situation. "Le fait que l'affaire soit résolue en interne et que les censeurs aient l'impression d'avoir gagné la partie, ça nous a révolté", confie-t-il à TÊTU.

A LIRE AUSSI :« Gaymonteurs », « orifice sidaïque »… : l’homophobie décomplexée du journal étudiant de l’Edhec

Tabou des LGBTphobies dans l'armée

Le président de l'association de défense des droits LGBT+ SOS Homophobie, Joël Deumier, partage lui aussi l'avis selon lequel la décision est arbitraire. Selon cet avocat, il serait même juridiquement infondé. "Cette oeuvre d'art, utilisée ici comme visuel, n'est pas contraire à la loi. Ce n'est pas de la pornographie. Je ne suis donc pas convaincu par les raisons invoquées par le directeur de l'école. Cela cache selon moi un réflexe homophobe", explique-t-il à TÊTU.

L'association compte envoyer un courrier "d'étonnement" à la direction de l'Ecole polytechnique, demandant de préciser les raisons soit juridiques, soit inscrites au règlement intérieur de l'Ecole qui ont conduit à cette censure. Un autre courrier sera envoyé à la ministre de la Défense, Florence Parly, ainsi qu'à la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal "pour demander des explications" sur cette affaire.

A LIRE AUSSI : EXCLU – Prénom d’usage, campagne d’information… : le plan de Frédérique Vidal contre les LGBTphobies à l’université

"Cela montre qu'il y a un gros problème de LGBTphobie dans l'armée, abonde Joël Deumier. L'Ecole polytechnique forme les futurs cadres de l'armée et cela prouve que le tabou sur les LGBTphobies est instauré aux élèves dès leur formation initiale."

Dans son communiqué, la Présidence de l'Ecole a affirmé vouloir "favoriser un débat apaisé" dans le cadre de la conférence. Et ajoute : "La décision de modifier l’affiche a été prise dans un esprit de recherche de consensus et  n'avait pas pour objectif de choquer ni marginaliser la communauté LGBT+ au sein de l'Ecole." Quelle drôle de manière de vouloir faire consensus en interdisant une affiche au motif que deux hommes qui "s'embrassent charnellement" porte atteinte au respect de l'uniforme. Quant à la conférence, elle a bien eu lieu, et s'est payé le luxe de faire salle comble.

Mise à jour le vendredi 10 mai à 17h45

Crédit photo : Creative Commons