InterviewRencontre avec Elior, le jeune Français qui va vous faire oublier Justin Bieber et Shawn Mendes

Par Alexis Patri le 02/06/2019
Elior

Jeune pousse prometteuse de la scène française, Elior dévoile le 7 juin son premier EP. "Kid In A Bathroom" sonne comme la naissance d'un artiste capable de concurrencer les meilleurs garçons de la pop mondiale. Rencontre avec un presque ancien timide qui rêve de grandes scènes.

C'est un enfant du quartier du Montparnasse, que nous rencontrons à une terrasse du XVIIIème arrondissement parisien, non loin du café des Deux Moulins. Pendant notre conversation un train promène-touriste nous interrompt avec la bande-son du "Fabuleux destin d'Amélie Poulain". Difficile de faire plus français.

Un contraste flagrant avec la musique d'Elior, qui évoque beaucoup plus la nouvelle pop américaine que la chanson française traditionnelle. Avec "Kid In A Bathroom", son premier EP disponible le 7 juin, le jeune artiste lorgne du côté des productions léchées d'un Troye Sivan ou d'un Justin Bieber.

A 18 ans (« bientot 19 », nous précise-t-il), le jeune auteur-compositeur-interprète dévoile cinq titres dansants, avec un usage assez exemplaire du vocodeur et des textes aussi intelligents qu'intimes.

Ecrire pour tou.te.s

Ce premier EP s'ouvre avec "Strong". Un titre intime qui raconte une histoire d'amour avec un garçon. "C'était au départ un flirt sans lendemain, nous explique-t-il, qui est devenu quelque chose de plus sérieux." Une romance imprévue qui le désarme. Au point qu'il supplie son amant de lui rendre ses forces perdues.

"Quand j'écris, j'évite d'utiliser les pronoms "him" (lui) et "her" (elle), tient-il à préciser. C'est important que tous mes amis (garçons, filles, gays, bis, hétéros) puissent se retrouver dans les histoires que je raconte."

Elior
Crédit photo : Jonathan Vivaas Kise

Les oreilles de l'autre côté de l'Atlantique

Tout juste sorti de l'adolescence, Elior confie avoir été "un enfant timide et émotif". Pourtant, ce ne l'empêchait pas de passer ses journées "à chanter dans le salon et faire des mini-concerts aux dîners de famille". Ses parents ne seront pas surpris qu’il arrête la fac d’Anglais après trois jours de cours, pour se consacrer à la musique.

Sans être tout à fait un enfant de la balle, Elior a grandi entouré de pianos, guitares et contrebasses. Sa mère est professeure de danse africaine depuis qu’elle a 18 ans. Son père est musicien de jazz. Aussi bien sa grande soeur que son grand frère ont de longues années de Conservatoire derrière eux.

Lui-même y est resté deux ans. Mais la chorale d’enfants s'avère très vite trop classique pour le jeune garçon dont les oreilles trainent surtout de l'autre côté de l'Atlantique.

Elior
Crédit photo : Alexis Patri

Elior comprend que l'on compare sa musique à celle de Shawn Mendes, Troye Sivan et Justin Bieber. Mais quand on lui parle de ses influences, il nous cite plutôt le r’n’b de Daniel Caesar, Rihanna et Sade. Des artistes grâce auxquels il apprend l’anglais. "Plus récemment, j'ai eu un gros coup de coeur pour Sophie, raconte-t-il . Alors que ce n'est pas du tout ce que j’écoute d'habitude."

Son enfance est bercée par les artistes traditionnels africains Salif Keïta, Youssou N’Dour et Mory Kanté. Un bagage culturel que sa mère a ramené de sa jeunesse d’expatriée en Guinée. Une madeleine de Proust dont il reconnaît volontiers qu'on ne la retrouve pas dans "Kid In A Bathroom".

Côté francophone, le chanteur cite Angèle - "je la kiffe" - et Shay - "Elle fait ce qu’elle veut, et ne te laisse pas le choix. Ce genre d’artistes me plaît beaucoup".

Un rapport à son corps compliqué

Une source d'inspiration pour le jeune homme, qui a parfois eu du mal à s'accepter. C'est ce qu'il raconte "Kid In A Bathroom", le titre éponyme de son premier EP.  "C'est le dernier titre que j'ai écrit. Il parle de mon rapport à mon corps. C'est quelque chose qui a été difficile quand j'étais plus jeune. Et encore aujourd'hui, détaille-t-il avec une simplicité désarmante. J’ai longtemps cru que ce qu’on voit sur les réseaux sociaux et sur Internet, c’était ce qui définissait la beauté ».

Si l'écriture de ce texte l'a soulagé, il a d’abord eu beaucoup de mal à le faire écouter à son entourage. "J'espère qu'en racontant cette difficulté à aimer son corps, cette chanson pourra aider d’autres personnes", ajoute-t-il sans prétention.

Aucune date de concert n'est encore officiellement annoncée, mais Elior a "vraiment très hâte" de faire ses premières vraies scènes. Et de faire danser les gens. Deux choses dont rêve depuis tout petit le chanteur, marqué par un show spectaculaire de Rihanna et un autre plus intime de Shawn Mendes.

Il nous confie être déjà en très de composer de nouvelles chansons. En vue d’un premier album ? « Ou d’un deuxième EP, sourit-il. Ce qui est sûr c’est qu’il y aura une suite ». Et que nous serons au rendez-vous.

Elior
Crédit photo : Jonathan Vivaas Kise

L'EP d'Elior "Kid In A Bathroom" (SPAN RECORDS - Sony ATV) est disponible à compter du 7 juin 2019.

Crédit photo : Jonathan Vivaas Kise