Augmentation des agressions LGBTphobes : plusieurs associations interpellent Emmanuel Macron

Par Marion Chatelin le 07/08/2019
associations

SOS Homophobie, Le Refuge, Stop Homophobie et Urgence Homophobie dénoncent l'inaction des pouvoirs publics en matière de lutte contre les agressions LGBTphobes.

"Nous sommes à mi-bilan de l'année et nos constats sont alarmants." Les associations de défense des droits des LGBT+ SOS Homophobie, Le Refuge, Stop Homophobie et Urgence Homophobie sont unanimes. Toutes souhaitent, une nouvelle fois, alerter les pouvoirs publics sur l'urgence de lutter contre les agressions LGBTphobes. "Nous ne cessons pourtant de les dénoncer sans réaction de votre part", constatent-elles.

"Partout les agresseurs sévissent (...). Et la liste des victimes se rallonge", écrivent-elles, avant de donner une liste de prénoms de victimes, malheureusement non exhaustive.

À LIRE AUSSI : Un stand LGBT saccagé en Vendée : que s’est-il passé ?

Avancer "en pointillés"

Une première réunion s'était déroulée en novembre 2018 entre les associations et le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, la garde des Sceaux Nicole Belloubet et la secrétaire d'État à l'égalité femmes-hommes Marlène Schiappa. Un plan d'urgence avait été annoncé, mais les mesures du gouvernement sont jugées "légères" par certaines associations.

À LIRE AUSSI : Associations LGBT à l’Elysée : ce que Macron leur a promis

"Le sentiment d’impunité de nos agresseurs se renforce d’autant plus. Nous avançons 'en pointillés", affirment les associations.

Voilà pourquoi elles demandent à Emmanuel Macron et à Edouard Philippe une nouvelle audience, "en urgence, avec les associations concernées" afin de "réfléchir à de nouvelles mesures pérennes, spécifiques, dignes et exemplaires". Et de conclure : "N’attendez pas de nouveaux drames pour nous entendre." 

Les associations n'ont pas manqué d'interpeller également sur la "situation dramatique" des LGBT+ en Tchétchénie, "et les exactions inhumaines qui y sont commises, dans l’indifférence la plus totale".

À LIRE AUSSI : Comment se reconstruire après une agression LGBTphobe ?

Crédit photo : Shutterstock / Rudolfgeiger.