Un maire brésilien veut censurer une bande-dessinée gay mais provoque l’effet inverse

Vendredi soir, la Justice brésilienne a bloqué la demande de retrait du maire de Rio de Janeiro, Marcello Crivella, d’une bande-dessinée montrant deux super-héros en train de s’embrasser. Le journal national brésilien Folha de São Paulo a également choisi d’afficher le dessin des deux hommes en Une.

Au Brésil, le maire ultra conservateur, Marcello Crivella, de la ville de Rio de Janeiro (6,6 millions d’habitants) a raté son coup en voulant faire censurer une bande-dessinée montrant deux super-héros s’embrassant. Au final, les ventes de la  BD éditée par Marvel, ont explosé. « De tels livres doivent être couverts de plastique noir, scellés et avec un avis concernant le contenu« , a déclaré le maire dans une vidéo diffusée sur Twitter.  La BD, intitulée  « Les Justiciers, la croisade des enfants », figurait dans les rayons de la dernière Biennale internationale de Rio, le plus grand festival littéraire du Brésil.

 » Il n’est pas bon pour les mineurs d’avoir rapidement accès à des sujets qui ne sont pas en accord avec leur âge », a encore argumenté cet ancien évêque protestant évangélique, neveu du fondateur de la puissante Église universelle du Royaume de Dieu (IURD). Et d’expliquer avoir « ordonné » que la BD soit retiré de la vente en raison de son « contenu sexuel à destination des mineurs »

La liberté d’expression

Vendredi soir, la justice brésilienne a bloqué la demande de retrait du maire de Rio qui irait à l’encontre  »des principes constitutionnels de liberté d’expression« . Le juge Heleno Nunes considère que les autorités doivent « s’abstenir de saisir des œuvres en fonction de leur contenu, particulièrement celles traitant de « l’homotranssexualité« . Mais avant même la décision du tribunal, les exemplaires de la bande-dessinée ont rapidement été « épuisés » comme le rapporte à l’AFP,  les organisateurs de la Biennale. Ces derniers ont également rappelé qu’il s’agissait  d’un événement « pluriel » donnant la « parole à tous les publics, sans distinction, comme cela doit être (le cas) dans une démocratie« . 

À LIRE AUSSI : Brésil : pour ce candidat d’extrême droite à la présidentielle, Titeuf fait partie d’un « kit gay »

La presse brésilienne contre Crivella

L’un des plus grands quotidiens du Brésil, le Folha de São Paulo, a également publié le dessin des deux héros s’embrassant en Une de l’édition de ce samedi 7 septembre. En titre, on peut lire « Crivella tente de censurer une bande-dessinée montrant un baiser gay mais se fait bloquer ».

Crédit photo : Folha de São Paulo

Un maire « tolérant »

Marcello Crivella est maire de Rio de Janeiro depuis octobre 2016 sous l’égide du Parti républicain brésilien (PRB, droite), lié à l’Eglise universelle du Royaume de Dieu (IURD), une des plus puissantes Eglises néo-pentecôtistes du monde. Anciennement, l’homme de 61 ans a notamment été missionnaire en Afrique, chanteur de gospel et même ministre de la pêche de 2012 à 2014 toujours sous l’étiquette du parti républicain brésilien. Lors de sa campagne pour accéder à la Mairie de Rio, Marcello Crivella avait prétendu être tolérant et ouvert au mariage pour tous.

À LIRE AUSSI : Au Brésil, la cour suprême criminalise l’homophobie

Crédit photo : Capture d’écran Twitter


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail