BioéthiqueLoi bioéthique : les pires arguments des opposants à la PMA face aux Sénateurs

Par Elodie Hervé le 04/12/2019
Loi bioéthique

Dans une des salles feutrées du Sénat, les associations anti-PMA ont été invitées à expliquer tout le mal qu’elles pensaient de la loi bioéthique. Et force est de constater qu'elles ne manquent pas d'imagination...

Sous les tableaux aux figures d’anges, huit sièges avaient été installés, mardi 3 décembre. C'est là, face à quinze sénateurs et sénatrices de la Commission spéciale, que les associations anti-PMA étaient auditionnées.  Cette loi bioéthique, “ça n'intéresse pas grand monde”, reconnaît Pascale Morinière, présidente de la Confédération nationale des associations familiales catholiques (CNAFC). “Il y a beaucoup de gens qui méconnaissent ce projet de loi. Le bricolage de l’embryon c’est un truc de Parisien.” Un truc de Parisien donc mais contre lequel elles entendent se battre. “On n’est pas là pour céder à des modes ou à des pressions de quelques-uns. Mais pour l'intérêt commun”, ajoute Caroline Roux de l’Alliance Vita.

A LIRE AUSSI : PMA, enfants nés de GPA... : ce qu'il faut retenir des discussions sur la loi bioéthique à l'Assemblée 

Pour tenter de défendre leur combat, tout y est passé : Greta Thunberg, l’eugénisme ou même les monstres imaginaires. “On ouvre à de nouvelles transgressions comme celles d’utiliser ces cellules pour créer des gamètes artificiels ou pour les introduire dans des chimères”, lance Blanche Streb, directrice de la formation et de la recherche de l’Alliance Vita. Pour rappel, une chimère est “un monstre fabuleux composite”, selon la définition du CNRTL.

Greta Thunberg, vraiment ?

“Business international, technicisation, tout cela est contraire à l’état d’esprit écologique dont se réclame le président, rétorque Ludovine de La Rochère, présidente de La manif pour tous. La GPA, elle, est encore plus antiécologique”. “Si une transition écologique est requise, la bioéthique ne peut rester en dehors de son champ. Demain, d’autres Greta Thunberg se lèveront pour agir contre la République”, tente Bertrand Lionel-Marie secrétaire général de la CNAFC.  

Autre épouvantail agité : le manque de gamètes. Un argument déjà battu en brèche par les associations LGBT+. Dans une tribune, des personnes gays ou non binaire avaient annoncées vouloir donner leur sperme pour “leurs sœurs lesbiennes et célibataires”. Ce à quoi, les associations présentes au Sénat soulignent que ce don n’est pas un geste facile pour les hommes. “Le don de sang ça sauve des vies. Le don de sperme, ça ne sauve pas des vies. Ce n’est pas anodin de donner ses gamètes pour un homme”, raconte Blanche Streb, directrice de la formation et de la recherche de l’Alliance Vita.

Don de sperme au Sénat

De son côté, Michel Simonnet, trésorier de l’association Les Poissons roses, tente d’appuyer cet argument avec ce qu’il appelle un “kit donneur”. Attestation dans une main, flacon en plastique dans l’autre, il n’arrive pas à contenir ses rires quand il essaie d’expliquer sa démarche. “Nous avons déjà mis en place un kit donneur pour le recueil des semences des députés de moins de 45 ans. On avait prévu un camion à cet effet pour plus d’intimité. Et nous n’avons pas oublié le kit donneur pour les sénateurs de moins de 45 ans, personnalisés, avec vos noms sur le diplôme. Nous ne croirons à la PMA pour toutes que quand 50 parlementaires donneront leurs gamètes pour montrer l’exemple.”

Que deviendront ces dons de spermes en dehors de tout cadre légal ? Pas de réponse. Face à cet argument potache, Marie Mercier, sénatrice LR, rétorque que “le Sénat c’est une chambre de refroidissement, mais pas de congélation.” 

Le père, encore et toujours

Autre argument soulevé par les anti-PMA, qu’ils nomment, non sans ironie, “PMA sans sexe” : le manque du père. Là encore tous les outils sont bons pour tenter de convaincre. La manif pour tous a donc convié Anaïs Doisneau, 20 ans, qui n’a pas connu son père, pour une séquence émotion. 

“J’ai des amis, je chante, je ris, … Je n’ai pas fait de dépression ni de tentative de suicide. Alors tout va bien ? Oui et non... Parce que … Je me suis perdue [dans la lecture de son texte]. Ce vide affectif je le porte. Je porte ma croix.” Mais là encore les Parlementaires lui répondent que ce n’est pas le même sujet. Dans la PMA, le donneur n’a pas vocation à être un père. 

La peur de la GPA

Ce que sont venues défendre ce soir les associations anti-PMA, c’est surtout le constat d’une défaite. “La GPA est déjà sur la scène. Elle est dans les séries, au cinéma”, souligne amère Ludovine de La Rochère. Et derrière, se dessine une crainte. Avec ces techniques, Pascale Morinière de la CNAFC s’alarme sur le nombre d’enfants à venir. “A l’heure où l’on réforme les retraites je m’étonne que l’on n’ait pas regardé la démographie en France. Nous avons intérêt à ce que les jeunes femmes aient des enfants plus tôt et sans doute le nombre d’enfants souhaités. La politique doit nous permettre d’avoir une démographie suffisamment vigoureuse pour assurer notre avenir”. Paradoxal pour des anti-PMA “sans sexe”... 

 

 

Crédit photo : Capture LCP