facebook

Bordeaux : une femme transgenre agressée et poussée du haut d’un muret

Dimanche matin, une jeune femme trans a subi une violente agression transphobe. Elle a déposé plainte, recevant l'appui de l'association Flag !

La scène s'est produite dimanche 8 décembre vers 6h30, raconte France Bleu Gironde. Une femme transgenre de 25 ans rentre avec des amis de boîte de nuit dans le centre de Bordeaux. Arrivée cours du Chapeau-Rouge, elle est abordée par trois hommes, visiblement alcoolisées. "Elle a d'abord été insultée puis soulevée et basculée par dessus le muret qui fait la séparation entre la rue et l'accès pour les voitures au parking Jean Jaurès", écrit la radio locale. Après avoir reçu des insultes transphobes, elle aurait ainsi fait une chute d'une hauteur de 2 à 3 mètres, ajoute 20 Minutes.

À LIRE AUSSI : Paris : enquête ouverte après une agression transphobe place de la République

Une "agression à caractère homophobe et transphobe" sans aucun doute, compte tenu des injures proférées, a confié la police à France Bleu. La victime, qui a porté plainte, est sortie de l'hôpital avec de "multiples contusions". Elle doit voir ce mardi 10 décembre le médecin légiste, a indiqué à la radio le parquet de Bordeaux. Celui-ci a ouvert une enquête pour "violence en réunion en raison de l’orientation sexuelle de la personne". Dans le cadre de l'enquête, confiée à la sûreté urbaine du commissariat de Bordeaux, des auditions ont d'ores et déjà commencé à être menées dans le but d'identifier les auteurs de l'agression.

Intervention de Flag !

Cette diligence ne serait pas anodine. L'association Flag !, qui lutte contre les discriminations envers les personnes LGBT dans la police et la justice ainsi que vis-à-vis des usagers qui y ont recours, a indiqué que la rapidité du dépôt de plainte de la victime, et du lancement de l'enquête, étaient dû à la "réactivité du service dédié aux victimes LGBT porté par Flag ! et aux fonctionnaires de police de Bordeaux". "En moins de 24 h on a remué ciel et terre pour faire avancer dans cette affaire abjecte", a confié à 20 Minutes Laurent Turbiez, responsable du service d’accueil des victimes LGBT au commissariat de Bordeaux, et de la délégation Nouvelle-Aquitaine de Flag !

À LIRE AUSSI : « C’est une habitude de se faire insulter et frapper » : 400 personnes dénoncent la transphobie à Paris

D'après le dernier rapport de SOS homophobie, 210 cas d'agressions transphobes ont été signalées à l'association au cours de l'année 2018 (contre 186 en 2017). Parmi ces cas, seuls 10 % se sont produits dans des lieux publics, et 9 % impliquaient des agressions physiques. Les insultes ont concerné plus de deux cas sur cinq. 17 % des victimes étaient âgées d'entre 25 et 34 ans.

 

Crédit photo : Wikimedia Commons / Foreign and Commonwealth Office


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail