harcèlementYouTube renforce ses règles de modération contre le cyberharcèlement

Par Samy Laurent le 12/12/2019
modération

La plateforme de partage de vidéos vient de prendre des mesures plus actives contre les propos racistes, sexistes et homophobes.

YouTube va finalement se montrer plus sévère contre le cyberharcèlement. Ce mercredi 11 décembre, la filiale de Google a mis à jour sa politique de modération face au harcèlement. Jusqu'à présent YouTube était sous le feu des critiques pour sa gestion floue et parfois douteuse du problème. Ainsi ces nouvelles mesures sanctionnent des comportements qui jusqu'à présent, passaient entre les mailles du filet de la plateforme.

Contre la culture du harcèlement

La première nouveauté : les menaces implicites - que YouTube considère comme un "modèle" de la culture du harcèlement - contre une personnes ne seront plus autorisées. Jusqu'à présent, des propos tels que "ce serait dommage qu'il t'arrive quelque chose" n'étaient pas sanctionnés par la plateforme car cela ne contrevenait pas aux règles de modération. En effet, YouTube n'agissait que à l'encontre de menaces explicites et les appels à la violence et à la haine.

Perte de revenu pour les utilisateurs suspectés

Egalement, YouTube va prendre des mesures contre les actes malveillants et continus à l'encontre des utilisateurs. Certains utilisateurs arrivaient à contourner la modération car leurs propos, pris individuellement, ne constituaient pas une violation au règlement. Pourtant, une fois condensés, cela représentait un véritable harcèlement. Désormais, la personne prise pour cible pourra faire un rapport sur Youtube.com/reportabuse et ainsi remplir un dossier en stipulant les commentaires mais également les vidéos qui posent problème. Avant, chaque commentaire et vidéo étaient inspectés individuellement.

Cette politique plus stricte s'applique donc aussi aux Youtubeurs qui flirtent avec la limite de la légalité. Les chaînes averties à plusieurs reprises se verront bannies du programme de partenariat de YouTube et perdront ainsi une source de revenu que leur offrait la publicité. La plateforme précise qu'elle pourra aller jusqu'à la suppression pure et simple de la chaîne YouTube ciblée. Enfin, la plateforme affirme qu’elle ne tolérera plus "les contenus qui humilient des personnes en raison de leur appartenance à une origine ethnique, une identité de genre ou une orientation sexuelle."

Une modération en dents de scie

Ces nouvelles mesures font suite aux nombreuses critiques contre Youtube ces dernier mois. En juin dernier, Carlos Maza, un journaliste gay et d’origine hispanique du site d’information Vox, s’était indigné du refus de Youtube de supprimer les vidéos du commentateur d’extrême droite Steven Crowder, aux 3,8 millions d’abonnés. 

Quelques semaines plus tard, les modérateurs de la plateforme avaient avoué au Washington Post, être plus indulgents avec les influenceurs les plus connus. Selon eux, leurs vidéos, capables de réunir plusieurs dizaines de millions de vues chacune, rapporteraient en effet des revenus publicitaires non négligeables... Espérons que ces nouvelles règles de modérations soient en vigueur pour tous les utilisateurs de YouTube, cette fois-ci.

À LIRE AUSSI : Youtube aurait encore un problème avec les mots « gay », « lesbienne » ou « genre »

Crédit photo : Christian Wiediger / Unsplash