drapeau arc-en-cielLe drapeau LGBT+ interdit lors du premier match d'Israel Folau à Perpignan ?

Par Timothée de Rauglaudre le 17/02/2020
Israel Folau

Alors que le joueur australien Israel Folau, auteur de propos homophobes, jouait samedi son premier match avec les Dragons catalans, une jeune supportrice de rugby dit s'être fait interdire son drapeau LGBT+ au stade de Perpignan.

Sur la photo qu'elle a postée sur Twitter, Alison Grey, jeune supportrice des Castleford Tigers (Yorkshire de l'Ouest), pose toute sourire au stade Gilbert-Brutus de Perpignan (Pyrénées-Orientales), déployant derrière elle un drapeau arc-en-ciel en amont du match de Super League. Son équipe favorite de rugby affrontait en effet les Dragons catalans samedi 15 février.

À LIRE AUSSI : Viré de la fédération australienne pour homophobie, ce rugbyman vient d’être recruté par un club français

"On vient de me dire que le drapeau n’était pas autorisé parce que le club l’interdit, réagit la jeune femme dans son tweet. C’est tellement écoeurant." Alison Grey développera plus tard au micro de la chaîne britannique Sky Sports, citée par Le Figaro : "On nous a demandé de ranger le drapeau, d’abord pour des raisons de santé et de sécurité. Quand nous leur avons répondu qu’il y avait d’autres drapeaux, ils ont abandonné. Ils sont ensuite revenus nous voir pour nous dire que c’était contre les positions du club."

Une protestation contre Israel Folau ?

Bien qu'on ne sache pas à l'heure actuelle si le geste de la supportrice était en lien, ce match précis n'avait rien d'anodin pour la question des LGBTphobies dans le sport : il s'agissait du tout premier match d'Israel Folau au sein des Dragons catalans. Le joueur australien, de confession chrétienne évangélique, fidèles des Assemblées de Dieu, avait été exclu l'année dernière par la Fédération australienne de rugby à XV pour avoir notamment affirmé que "l'Enfer attendait les homosexuels" à moins qu'ils ne se "repentent de leurs péchés", puis, l'année suivante, avoir partagé sur son compte Instagram une affiche indiquant : "Ivrognes, homosexuels, adultères, menteurs, fornicateurs, voleurs, athées, idolâtres, l’Enfer vous attend. Repentez-vous ! Seul Jésus peut vous sauver."

À LIRE AUSSI : Lesbienne, j’ai été victime d’une « thérapie de conversion » dans une église évangélique

D'après le site d'information sur le monde du rugby Treize Mondial, d'autres supporters seraient venus au stade Gilbert-Brutus avec des drapeaux arc-en-ciel, ce qui accréditerait l'idée d'une protestation contre les propos homophobes de Folau. Quoi qu'il en soit, les Dragons catalans n'ont pas tardé à réagir dans un communiqué : "Les drapeaux arc-en-ciel ne sont pas bannis dans notre club. Ce n’est pas interdit. Nous recueillons plus d’informations sur ce qui s’est passé." Ainsi que la Super League : "Chacun devrait avoir le droit d’exprimer respectueusement ses opinions. Nous enquêtons. Nous recevrons un rapport complet d’ici la fin de ce week-end et nous aurons plus de détails d’ici lundi."

 

Crédit photo : Laurent Selles / Dragons Catalans / Wikimedia Commons