facebook

Pourquoi poster une photo de ses abdos n’a rien de #BodyPositive

Vous avez peut-être déjà vu passer sur les réseaux sociaux des selfies d’Apollon légendés “J’assume mon ventre #BodyPostive”. Or, ces photos risquent bien d’abîmer l’estime de ceux qui les aperçoivent, mais aussi de ceux qui les postent. Explications.

«Il y a une différence entre avoir des complexes, en parler, et un [gros plan] sur des abdos en disant “j’assume mon ventre” en sous-entendant qu’il est gros, mais fatalement c’est ENCORE un skinny twink qui va apprendre ça aux personnes grosses», s’insurgeait fin février Silvano sur Twitter.

Indécence ?

Le Belge de 22 ans réagissait à un énième selfie d’éphèbe dénudé qui souhaitait partager ses insécurités physiques. “Personne ne dit qu’il ne doit pas complexer. On dit juste que se dire gros quand on a un ventre plat, c’est indécent envers les personnes grosses”, surenchérissait Adel, un autre tweetos franco-algérien.

Là réside le noeud de ce problème de taille : même s’ils partagent leurs insécurités avec sincérité, sans fausse modestie, ces hommes qui semblent correspondre aux standards de beauté actuels peuvent blesser sans le vouloir toute une communauté. 

Estime de soi

Et eux-même au passage, comme nous l’explique Sophie Cheval, psychologue clinicienne, spécialisée dans les souffrances liées à l’apparence : “En postant ce genre de photos avec une légende auto-dépréciative, on va peut-être se sentir soulagé sur le moment, car on va sûrement  recevoir de l’attention positive et des messages rassurants. Alors, on va être tenté de recommencer à chaque fois qu’on sent croître les doutes sur son apparence. Mais à moyen-long terme, cela peut rendre dépendant de l’avis des autres pour soulager sa propre insatisfaction corporelle. On perd son autonomie dans son estime de soi qui devient tributaire de la validation des autres.”...


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail