Pendant le confinement, ce sex-club londonien continue ses soirées… en ligne

Un sex-club londonien a décidé de continuer ses soirées du dimanche soir en cette période de confinement, mais en ligne. La première a rassemblé pas moins de 3.000 personnes.

À Londres, les habitants sont en confinement depuis le lundi 23 mars pour lutter contre la propagation du coronavirus. Ils ont même eu droit, dimanche 5 avril, à une allocution télévisée de la reine Elizabeth II pour les appeler au courage et au respect des mesures de confinement, une intervention qui marquera l’histoire. Dans ce contexte, un sex-club londonien a eu une autre idée pour participer à l’effort national et aider les homosexuels confinés à tenir le coup.

À LIRE AUSSI : Comment Londres a sauvé l’un de ses derniers bars gays fétichistes

Comme le raconte le site d’information LGBT+ britannique Gay Star News, ce club à Vauxhall, dans le sud de Londres, organise d’ordinaire, chaque dimanche, des soirées SBN (« Stark Bollock Naked« , c’est-à-dire « Les couilles à l’air« ). Habituellement, l’établissement accueille jusqu’à 600 participants lors de ces soirées dénudées. L’organisateur, Jamie HP, ne s’est pas laissé démonter par le coronavirus. Il a décidé d’organiser une nouvelle soirée SBN… en ligne.

3.000 participants

Et le succès a dépassé toutes les attentes. Dimanche 29 mars, lors de la première SBN virtuelle, pas moins de 3.000 personnes ont participé à la soirée en visioconférence. Une affluence compliquée à gérer sur le plan technique. « On avait des DJ, deux performances sexuelles en direct, a raconté Jamie HP à Gay Star News. On a gardé la même règle selon laquelle tout le monde doit être nu. Certains se masturbaient et certains jouaient avec le partenaire avec lequel ils sont confinés. »

À LIRE AUSSI : Le confinement réveille-t-il notre libido ?

L’organisateur a indiqué qu’il souhaitait reconduire l’expérience, peut-être en en profitant pour lever des fonds pour le National Health Service, le système de santé britannique mobilisé pour lutter pour le coronavirus. Certains sondages et témoignages ont montré qu’une partie des hommes gays et bisexuels du pays continuaient à sortir de chez eux pour faire des plans cul malgré les mesures de confinement. Mais Jamie HP se refuse à noircir le tableau : « En fait, je suis assez impressionné par les gens. Ils restent à la maison, en sécurité, en utilisant Internet. J’espère donc que nous pourrons faire plus d’événements comme celui-ci. »

 

Crédit photo : PxHere


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail