facebook

Vague de soutien à une médecin trans américaine en première ligne contre le coronavirus

Rachel Levine, médecin et secrétaire d'État de Pennsylvanie, est en première ligne face au coronavirus. Confrontée aux trolls transphobes, elle a reçu de nombreux soutiens.

Diplômée d'Harvard, spécialiste en pédiatrie et en médecine adolescente, le docteur Rachel Levine, femme transgenre, est reconnue aux États-Unis sur divers sujets, de la crise des opioïdes à la santé des personnes LGBT+. En tant que secrétaire d'État à la Santé en Pennsylvanie, elle informe au quotidien, lors de conférences de presse virtuelles, les près de 13 millions d'habitants de cet État situé au nord de New York. Revers de son exposition médiatique, elle a dû faire face à un flot de transphobie.

À LIRE AUSSI : Qui sont les « TERF », ces féministes aux positions ouvertement transphobes ?

Mais, raconte le site d'information LGBT+ britannique PinkNews, Rachel Levine a pu compter, face aux attaques de trolls partageant ses photos et remettant en cause son identité de genre, sur une communauté virtuelle de soutien, avec le lancement d'un hashtag #Respect4Rachel. Une page de soutien a été créée sur Facebook, intitulée "Dr. Rachel Levine - We Love You", et a déjà reçu plus de 3.700 mentions "J'aime". "Je n'imagine pas de présente plus apaisante et rassurante que Rachel Levine, écrit par exemple une jeune internaute sur Twitter. Je suis reconnaissante de vivre en Pennsylvanie et d'être sous son soin, sa considération et son expertise."

"Tous dans le même bateau"

Elle a aussi reçu l'appui de militants et de figures publiques. "C'est mal, c'est méchant et c'est inapproprié, a par exemple déclaré à PinkNews Adrian Shanker, directeur exécutif du Bradbury-Sullivan LGBT Community Center. Il n'y a pas de place dans le discours public pour une intimidation transphobe aussi flagrante."

Le lieutenant-gouverneur de l'État de Pennsylvanie John Fetterman y est lui aussi allé de son tweet de soutien : "C’est un sacré honneur de servir la Pennsylvanie aux côtés du docteur Levine pendant cette crise. Son leadership a absolument sauvé de nombreuses vies. La haine - quelle qu'elle soit - n'a pas sa place dans notre Commonwealth."

À LIRE AUSSI : Des eurodéputés intiment la Hongrie de retirer une proposition de loi transphobe

Rachel Levine n'a pas réagi publiquement aux attaques ni à la vague de soutien la concernant, préférant se consacrer à sa mission. Cependant, fin mars, elle répondait dans une interview pour le magazine LGBT+ américain The Advocate : "Je veux être jugée sur mon travail en médecine et en santé publique et en cette période difficile, mon travail pour aider à protéger la santé publique face à cette pandémie mondiale. Peu importe l'identité de genre ou l'orientation sexuelle d'une personne. Nous sommes vraiment tous dans le même bateau."

 

Crédit photo : Commonwealth Media Services


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail