VIDEO. Le discours de ce père au mariage de son fils gay va vous faire pleurer

Un ancien papa homophobe raconte son cheminement au mariage de son fils gay. Et c’est particulièrement émouvant.

C’est une vidéo rare qu’a relayé le média Brut, en partenariat avec France TV. On y voit le Dr Vijay A Mehta au mariage de son fils gay, Parag, adresser à ce dernier un des discours les plus émouvants qu’il nous ait été donné d’entendre. Il raconte notamment le coming out de son fils. « J’étais une personne très homophobe, je le reconnais. Je me suis dit « je vais trouver le meilleur centre de traitement du pays. Je vais trouver un remède. Je vais le soigner » explique-t-il devant l’assemblée.

« En 1997, j’étais le père le plus chanceux du monde. Mon fils était major de promotion, champion du concours d’orthographe, étudiant en art, jouant le rôle magnifique de Roméo, et il m’a vraiment eu car il a fait un travail incroyable dans « Roméo et Juliette »…[…] Il était passionné par les gens, par les gens différents. Je me suis dit que Dieu me souriait vraiment pour me donner un enfant aussi merveilleux » raconte ce père, visiblement très ému.

« Je vais le guérir »

« Le 27 mars, à 16H25, Parag nous a ditpapa, maman je suis gay. Je le sais depuis que j’ai 10 ans. J’ai cru que j’étais troublé, mais je commence à me rendre compte que je suis gay. J’ai cru que je cacherai mon homosexualité jusqu’à votre mort, pour ne pas vous faire honte. J’ai essayé de me suicider au lycée, mais je n’ai pas réussi » continue-t-il.  Et avoue que pour lui, en tant que père, cette annonce n’a pas été évidente. Du tout.

« On est passé du meilleur de notre vie, au pire. Lundi matin, j’étais la première personne à rentrer dans la bibliothèque médicale, et j’ai sorti tous les articles avec la lettre G et H. Et au bout de 30 minutes, j’ai réalisé que l’American Psychological Association, en 1973, avait déclaré qu’être gay n’est pas une maladie. Ce n’est pas une anomalie. Ce n’est pas à guérir. Ce n’est pas contagieux ». « Je me suis donc posé une question simple : « Est-ce que j’aime moins mon fils à 16h31 qu’à 16h24 ? » La réponse était non, je l’aime toujours autant. »

Et là normalement, comme probablement une partie de la salle qui était là lors du mariage de Parag, en 2019, vous allez avoir la larme à l’oeil.

A LIRE AUSSI : Je n’oublierai jamais ce qu’a fait mon père à la Marche des Fiertés 

 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail