facebook

PMA pour toutes : la méthode ROPA inscrite dans la loi pour les femmes lesbiennes et les personnes trans

Les députés ont voté l'autorisation du don de gamètes lorsqu'un couple de lesbiennes veut accéder à une PMA, mais l'amendement doit encore être validé en séance plénière. Et la bonne nouvelle, c'est que cette proposition n'exclut pas les personnes transgenres.

"Lorsque l’assistance médicale à la procréation implique un couple, les demandeurs peuvent recourir, quand cela est possible, à l’utilisation des gamètes des membres du couple ou de l’un ou l’autre des membres du couple". Les députés ont ajouté mardi au projet de loi bioéthique, arrivé en commission spéciale avant une deuxième lecture par l'Assemblée nationale le 6 juillet prochain, le don d'ovocyte pour les couples de femmes qui effectuent une PMA. Cette proposition suscite de nombreux espoirs, d'autant que l'amendement n'exclut pas les personnes transgenres.

La méthode ROPA, dont Agnès Buzyn, ex-ministre de la Santé, ne voulait pas dans le texte est une méthode de fécondation in vitro (FIV) pour les couples de femmes : l'une des deux mères fait don d'un ovocyte, et l'autre porte l'enfant. Certains couples voient cette méthode comme un moyen d'inclure davantage la personne qui ne porte pas l'enfant dans le projet de parentalité. C'est aussi un moyen de pallier le manque d'ovocytes disponibles alors que des gamètes sont disponibles au sein même du couple. Enfin, "la méthode ROPA reste la solution indiquée quand les autres techniques de procréation assistées ont échoué", indique IVI, une des cliniques qui permet la PMA en Espagne.

"Une excellente nouvelle pour les hommes transgenres"

Le Réseau Fertilité France salue sur Twitter une "excellente nouvelle pour les hommes transgenres qui pourront également recourir à la FIV ROPA pour devenir pères avec leur compagne". Une femme trans pourrait également donner son sperme. "Dans le droit français rien ne l'empêche, mais nous souhaitons l'inscrire dans la loi afin d'éviter toute discrimination, notamment par les CECOS (les centres de prélèvements, ndlr)", explique la députée Laurence Vanceunebrock.

À LIRE AUSSI : PMA à l’étranger : les couples lesbiens à l’épreuve du confinement

Mais avant que ces avancées soient définitives, les amendements doivent être votés par l'Assemblée en séance plénière. "Cet amendement ROPA pour les personnes trans est une très bonne nouvelle pour les couples de femmes. Nous avons eu de la chance qu'il soit adopté, surtout qu'en première lecture, pendant les discussions en hémicycle, les députés s'étaient montrés assez réticents. Il faut maintenant espérer que le texte passe également en séance, ce n'est pas certain", poursuit la députée.

À LIRE AUSSI : Ce qu’on peut attendre du retour de la loi bioéthique à l’Assemblée Nationale

Crédit photo : LIONEL BONAVENTURE / AFP.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail