facebook

Une exposition inédite d’artistes LGBT+ aura lieu en octobre à Charleville-Mézières

Le 10 octobre 2020, la ville natale d'Arthur Rimbaud accueillera une exposition éphémère, conçue pour valoriser les travaux d'artistes queers de tous horizons. Une première.

À vos agendas. Le samedi 10 octobre prochain, une exposition inattendue se tiendra dans la commune de Charleville-Mézières et mettra à l'honneur une multitude d'artistes ouvertement LGBT+. Mise en place par l'organisme à but non lucratif Balak, elle entreprend de valoriser les œuvres d'individus queers tout en proposant une diversité de points de vues et de formats. L'initiative derrière cette expo jamais vue dans cette ville du Grand Est ? Réclamer l'espace.

"J'ai envie de mettre en place une exposition comme celle-ci à Charleville-Mézières depuis très longtemps, explique Mehryl Levisse, artiste et fondateur de Balak. Il n'y a aucune asso, aucun bar, aucune boîte, aucun espace pour se retrouver. La municipalité est toujours ravie de dire qu'il n'y a pas d'acte homophobe, transphobe, lesbophobe à Charleville, mais je trouve qu'il est facile de revendiquer une telle chose dans une ville où notre présence est littéralement invisible". C'est ainsi qu'est né ce projet d'expo, bien entendu soutenu par la ville de Charleville-Mézières.

Un projet audacieux qui fait envie

De l'Allemagne aux États-Unis en passant forcément par la France, les artistes programmés pour cette Nuit Blanche de Charleville-Mézières viennent d'endroits divers. Parmi les noms les plus évocateurs, Keith Haring, Tom of Finland, EVA & ADELE ou encore John Waters. "Ce que nous sommes sera le point commun à chacun des artistes mais ne sera pas le sujet de l'exposition, tient à préciser Mehryl Levisse. Il s'agit de donner la parole à une minorité, à notre communauté, porter notre propre parole". En parallèle, l'organisateur de l'événement souligne la dimension éducative de l'exposition, puisqu'elle fournira des informations sur l'histoire des luttes LGBT+.

À LIRE AUSSI – 100 ans de Tom of Finland : « C’était le père dont nous avions tous besoin »

Pour celles et ceux qui seraient tentés d'aller explorer cette expo éphémère, il suffira de se rendre aux toilettes publiques situées sur la fameuse place Ducale. Elles ne seront pas en fonction ce soir-là, de 20 heures à 1 heure du matin, et permettront d'accueillir les différentes œuvres sélectionnées. Un choix surprenant pour un événement artistique, qui est pourtant symbolique quand on connaît le rapport historique de la communauté gay aux toilettes publiques.

À LIRE AUSSI : Cet historien raconte la drague gay dans les toilettes du Vieux Lille 

Crédit photo : Tom of Finland (Day & Night, 1980)


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail