écoleLes enfants élevés par des couples homoparentaux ont plus de chances de réussir à l'école

Par Nicolas Scheffer le 02/11/2020
enfants

Les enfants élevés dans des familles homoparentales ont 4,8% de chances supplémentaires d'obtenir un diplôme équivalent au bac. Des résultats qui s'expliquent notamment par la motivation des homoparents d'élever un enfant.

Cette étude ne va pas plaire à la Manif pour tous. C'est la science qui le dit : les enfants élevés par des couples homoparentaux s'en sortent mieux à l'école que les autres. Une étude publiée par la Revue américaine de sociologie démontre que ces enfants ont de meilleurs résultats à l'école primaire, au collège ou au lycée. Au total, ils ont 4,8% de chances supplémentaires d'obtenir un diplôme équivalent au bac.

À LIRE AUSSI - Il pourrait bientôt y avoir un enseignement obligatoire aux questions LGBT+ à l’école

Mais les auteurs "ne trouvent pas d'hétérogénéité dans les résultats en fonction du genre de l'enfant, de son ethnicité ou encore du statut marital de ses parents". Cela signifie que l'orientation sexuelle des parents n'est peut-être pas la première cause des bons résultats des enfants. En revanche, l'étude souligne que les homoparents sont généralement plus aisés, plus éduqués et plus âgés que la moyenne des autres parents. En cause, les difficultés d'accéder à la parentalité : en effet, il faut aux couples de même sexe américains de l'argent et du temps pour s'engager dans cette procédure.

Au moins autant de chances

Malgré tout, cela n'explique pas tout. Les chercheurs remarquent que "la motivation à être parents et l'anticipation d'avoir un enfant aurait trois fois plus d'impact que les caractéristiques socio-économiques". Ces couples s'impliquent en moyenne davantage dans l'éducation de leurs bambins.

"Nous en concluons que les enfants nés par des homoparents ont au moins autant de chance (si ce n'est plus) d'être bons à l'école que les autres enfants", poursuivent les chercheurs. "Des études conduites aux États-Unis pendant les deux dernières décennies soutiennent l'hypothèse de la non-différence entre les parentalités : les enfants d'homoparents font tout aussi bien que les autres parents", a indiqué Deni Mazrekaj, chercheur à Oxford dans la revue britannique Unilaid.

À LIRE AUSSI - Jean-Baptiste Marteau, un papa gay dans le fauteuil du JT

Sur l'homoparentalité, les données manquent cruellement. Jusqu'alors les études portent sur de petits échantillons qui ne sont pas représentatifs. Ici, ce sont 2.971 enfants néerlandais de couples homoparentaux dont les résultats ont été suivis (2.786 de couples de femmes et 185 de couples d'hommes). Parmi ces enfants, 1.390 sont nés dans un couple homoparentaux, 50 ont été adoptés et 1.531 sont issus d'une précédente union. Leurs résultats scolaires ont été comparés à ceux d'un million d'enfants de couples hétéros et suivis depuis leur naissance. Les Pays-Bas ont été choisis car c'est le premier pays à avoir autorisé le mariage pour tous en 2001.

 

Crédit photo : Shutterstock