facebook

Pour Jair Bolsonaro, le Brésil doit cesser « d’être un pays de pédés » face à la Covid-19

Le président brésilien a appelé son pays à affronter le coronavirus et ne pas "être un pays de pédés" ("maricas" en version originale). Jair Bolsonaro a également dénigré les gestes barrières, alors que la pandémie a fait 162.000 morts dans son pays.

Minimiser la pandémie en utilisant des propos homophobes, voilà la stratégie du président Jair Bolsonaro. Lors d'un discours sur le tourisme, il a appelé le Brésil à cesser "d'être un pays de pédés" et a assimilé les gestes barrière à des "trucs de pédés".

"Aujourd'hui, il n'y en a que pour la pandémie, il faut en finir avec ça. Je regrette les morts, je les regrette. Nous allons tous mourir un jour, tout le monde ici va mourir. Ça ne sert à rien de fuir cela, de fuir la réalité. Il faut arrêter d'être un pays de pédés ("maricas" en portugais, traduit également par "tapette"). Nous devons nous battre la tête haute, lutter", a-t-il lâché au siège du gouvernement fédéral. Le président d'extrême droite a également dit détester ces "trucs de pédés", parlant des gestes barrière et en particulier des masques. Jair Bolsonaro, qui a été testé positif, a refusé d'en porter car "ils font trop gay", selon Pinknews.

Une pandémie "surdimensionnée"

"Vous avez été à terre lors de cette pandémie surdimensionnée", poursuivait-il, mardi 10 novembre, reprochant presque leur inquiétude aux citoyens brésiliens. Jair Bolsonaro a salué comme une "victoire", la suspension des tests cliniques en phase 3 d'un vaccin contre le Covid-19. "Mort, invalidité, anomalies... C'est ça que le Doria (le nom du gouverneur de Sao Polo, un adversaire, ndlr) voulait obliger tous les habitants de Sao Polo à recevoir", a-t-il indiqué sur Facebook. La pandémie a fait plus de 162.000 morts au Brésil et contaminé quelque 5,6 millions de Brésiliens. Mais les experts s'interrogent sur la validité de ces chiffres qui pourraient être sous-estimés.

À LIRE AUSSI - Homophobie, « idéologie de genre »… : Trump et Bolsonaro filent le parfait amour

Ce n'est pas la première fois que Jair Bolsonaro fait une sortie homophobe. Critiqué pour sa gestion de la crise liée au coronavirus, il a entre autres accusé l'Organisation mondiale de la santé (OMS) d'apprendre l'homosexualité aux enfants. Il fait référence à un guide, publié en 2010 par le réseau Europe de l'organisation. Au milieu de nombreux sujets, ce guide explique que les jeunes enfants sont à la découverte de leur corps et que leur curiosité pour la sexualité est normale.

 

Crédit photo : Wikimedia commons


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail