facebook

En Nouvelle-Zélande, un étudiant menace un lycée d’un massacre LGBTphobe

Selon deux témoins, l'adolescent, qui se qualifie de "nazi", voulait cibler des élèves LGBT+. Mais la police ne confirme pas le mobile homophobe.

Un lycée de Wellington en Nouvelle-Zélande a été confiné, ce jeudi 26 novembre, après des menaces de fusillade d'un étudiant. Le passage à l'acte a été qualifié de "crédible" par le chef d'établissement. L'étudiant à l'origine de cette intimidation avait écrit en message privé sur les réseaux sociaux qu'il était "tellement excité" à l'idée de perpétrer un massacre. Selon deux témoins, il souhaitait viser des camarades LGBT+. Malgré cela, la police a considéré qu'elle ne disposait pas "d'information qui laisse penser qu'un groupe en particulier était visé".

À LIRE AUSSI - Un homme porteur du Covid-19 menace de contaminer des bars gay en Nouvelle-Zélande

Pendant une heure, vers 8 heures 30, la police est donc intervenue pour sécuriser ce lycée, selon le journal Stuff. L'adolescent a posté ses menaces sur Instagram où il avait déjà partagé une photo du tueur de la mosquée de Christchurch Il a également publié la photo d'un fusil avec des balles dans les mains d'une personne. Depuis, le compte Instagram de cet étudiant a été suspendu. Selon un élève de ce lycée, l'adolescent disait avoir en sa possession une arme avec des balles. Il se décrivait lui-même comme un "nazi" sur les réseaux sociaux.

Une "menace crédible"

"J'adresse mes pensées à toutes les personnes du lycée de Wellington. C'est une période difficile, mais je sais que Dominic (le proviseur du lycée, ndlr) et l'équipe de l'établissement pensent avant tout au bien-être des étudiants, surtout lorsqu'ils sont LGBTQI. Nous devons faire bloc contre la bigoterie et la haine", a tweeté le député, ouvertement gay Grant Robertson (travailliste).

Dans un post sur Facebook, le chef d'établissement Dominic Killalea a écrit que l'école était la cible d'une "menace crédible" de violence, avant de demander aux étudiants de rester dans leur salle jusqu'à ce que la situation soit sous contrôle. Il explique que toutes les entrées et les sorties étaient verrouillées. Depuis, "tous les étudiants et le personnel de l'école sont en sécurité. Tout le monde a très bien réagi en suivant mes instructions. J'aimerais remercier personnellement tous ceux qui nous ont apporté leur soutien et leur confiance pendant ce moment difficile", écrit le proviseur.$

À LIRE AUSSI - La Nouvelle-Zélande a élu le parlement le plus gay du monde

L'auteur présumé des menaces a été appréhendé jeudi. Il était en possession d'une arme ainsi que de munitions. L'adolescent a été placé en garde à vue avant de comparaître devant un juge pour enfants dès le jeudi après-midi.

 

Crédit photo : Scott Webb / Unsplash


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail