etudiantL'université de Louvain sanctionne les administrateurs d'un groupe Facebook d'étudiants pour des posts homophobes

Par Nicolas Scheffer le 27/11/2020
Louvain

Des propos homophobes, sexistes et racistes ont été postés sur un groupe Facebook regroupant 11.000 membres. L'Université catholique de Louvain en Belgique a condamné ce groupe qui ne correspond pas aux "valeurs" de l'université.

Sur Facebook, le groupe porte le nom mystérieux de "Louvain-le-Mec". Ce groupe privé qui compte 11.000 personnes, dont la majorité sont des étudiants de Louvain-La-Neuve, a été créé en réaction à un autre espace : "Louvain-la-Meuf". Entre mecs, donc, les internautes font de l'humour beauf. Jusqu'à comparer les femmes à des lave-vaisselle ou dire que les "vrais mecs" sont des hétéros qui boivent de la bière. Pèle-mêle, on y trouve des publications sexistes, homophobes et racistes qui font l'apologie du nationalisme flamand. Les captures d'écran, rendues publiques, ont ému l'université catholique de Louvain, selon la RTBF.

À LIRE AUSSI - En Belgique, un groupe Telegram encourageait les agressions LGBTphobes

Plusieurs commentaires ont été critiqués pour leur homophobie, misogynie et leur racisme. Une photo d'une commentatrice d'un match de football est par exemple accompagnée de la légende : "fausse femme commente vrai sport d'hommes au lieu de faire vrai sport de femme (comme vaisselle et ménage)". L'un des créateurs et administrateurs du groupe s'est désolidarisé. "On a sorti deux commentaires parmi des centaines qui sont publiés quotidiennement. Commentaires pas 'likés' donc même pas approuvés par le groupe", croit-il justifier.  Il a également dénoncé un procès en homophobie et en racisme. "Ce sont des termes très forts et très choquants alors qu'ils sont complètement inappropriés", selon lui.

"Juste une blague"

Selon lui, les femmes comparées à des lave-vaisselle, "ce n'est pas très fin, pas très marrant après coup. Mais l'intention est juste une blague récurrente sans aucun message derrière". Il annonce à la radio-télé belge avoir demandé à ce que cette blague s'arrête. L'université de Louvain a convoqué les administrateurs du groupe qui ont reçu un avertissement pour des "contenus contrevenant aux valeurs de l'UC Louvain", note la RTBF. Dans un communiqué les responsables du groupe ont rappelé que l'objectif est "de réunir des hommes de Louvain-la-Neuve autour d’astuces, d’entraides, de blagues de soutien : un objectif de solidarité masculine".

À LIRE AUSSI - Belgique : la police enquête sur un profil Grindr qui menace d’attaquer des bars gays

Mais l'université ne l'a pas entendu de cette manière. "La page se veut satirique mais on ne peut pas admettre certains propos sexistes, homophobes, transphobes... Toute la gamme des violences verbales est présente sur cette page et nous le dénonçons fermement", a indiqué la conseillère du recteur à la politique de genre, Tania Van Hemelryck citée par Soir mag. "Il y a toujours un repli de dire c’est de l’humour, c’est du folklore. Surtout dans la sphère étudiante. Là, l’UC Louvain est très claire : il n’y a pas de comptabilité à avoir avec ce type de propos, dès le premier propos. Nous le punissons fermement". Des affiches féministes sur les murs de l'université ont aussi été dégradées. Alors qu'elles scandaient "Ma tenue n'est pas une provocation", des personnes ont cru bon de supprimer la négation.

Un troisième groupe sexiste

Un autre groupe, plus restreint avec 446 membres, existe avec le nom évocateur de Louvain-la-teub. "Les règles sont simples: Il n'y a pas de règles...", indique la description de ce groupe ouvertement sexiste. "Si votre copine est sur le groupe Louvain-la Meuf, n'hésitez pas à lui dire que vous êtes sur Louvain-la-TEUB, elles détestent savoir que vous êtes sur un groupe où elles n'ont pas accès....!", insiste-t-on.

 

Crédit photo : Eddy Billard / Unsplash