facebook

Culture

On a parlé de la Pologne, de coming out et de la Star Ac’ avec Michal Kwiatkowski

Crédit photo : Bixente Simonet

Révélé lors de la troisième saison de Star Academy, le chanteur franco-polonais refait parler de lui avec un nouveau single dont les recettes seront reversées au Refuge. À cette occasion, TÊTU a pris des nouvelles de Michal pour évoquer son parcours, la situation délicate de la Pologne et, forcément, revenir sur la fameuse orange du marchand.

Même s’il n’était pas out, Michal Kwiatkowski a permis à des centaines de jeunes gays de se reconnaître à la télévision française. C’était en 2003, lors de la saison 3 de Star Academy. On avait découvert un mec sensible et gentil, qui mettait son cœur sur la table à chaque fois qu’il chantait. Suite à son passage dans le télé-crochet culte, il s’est forgé une carrière solo et s’est découvert, en parallèle, une âme de militant. Désormais out and proud, le musicien fait de la lutte contre l’homophobie son credo. Et le prouve avec « Love You », un duo inattendu et définitivement bienfaiteur. TÊTU l’a rencontré pour prendre de ses nouvelles. Et plus encore.

Ton nouveau single, « Love You », vient de sortir. Ses bénéfices seront intégralement reversés à la fondation Le Refuge. Est-ce important pour toi de soutenir la communauté LGBTQ+ à travers ta musique ?

Michal : Bien sûr, surtout le Refuge que je soutiens très longtemps. Plus de 15 ans après, sortir une chanson dont tous les bénéfices sont reversés à cette fondation me touche énormément. En fait, c’est un bon résumé de mon engagement pour Le Refuge.

Il s’agit d’un duo avec le chanteur Zanarelli, lui aussi membre de la communauté LGBTQ+. Comment s’est passée votre rencontre et l’élaboration de ce morceau ?

J’avais d’abord vu Zanarelli en concert. C’est le dernier que j’ai vu avant que tout ce chaos n’arrive. Il était en première partie de Julie Pietri au Théâtre de la Tour Eiffel. Je ne connaissais pas cet artiste et je suis tombé sous le charme de ses chansons et du personnage. On s’est ensuite écrit sur Instagram et c’est moi qui ai lancé l’idée. Le jour de mon message, on n’aurait jamais imaginé qu’on allait être confinés quelques jours après. On s’est mis à travailler « Love You » à distance pendant le premier confinement. En plus d’avoir la symbolique de la lutte contre l’homophobie avec Le Refuge, cette chanson nous fera penser à cette nouvelle manière de travailler.

...

Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail