facebook

Après un siècle d’existence, la boite de nuit Le Tango à Paris mise en vente

INFO TÊTU. Le Tango à Paris serait sur le point d'être vendu, après dix mois de fermeture et faute d'aides suffisantes. L'établissement est pourtant l'un des plus vieux dancing de la capitale.

La boîte de nuit est dans tous les guides touristiques de Paris. Après plus d'un siècle d'existence, Le Tango, célèbre dancing du Marais est en vente. Le maintien de l'activité festive est remise en cause, sauf à ce que les pouvoirs publics sauvent le lieu. Ce qui est loin d'être fait.

"Je vous confirme qu'il y a eu des visites pour vendre l'immeuble qui abrite le Tango", regrette auprès de TÊTU Alexis Carcassonne, le propriétaire du lieu. Après dix mois de fermeture, ses deux sœurs et lui ont décidé de jeter l'éponge. "On n'a aucune visibilité sur une possible date de réouverture. De toute manière on ne tiendra pas jusqu'en septembre 2021", regrette-t-il. Et ce n'est pas le seul lieu emblématique du Marais qui est concerné. Dans une enquête publiée vendredi 8 janvier sur TÊTU.com, plusieurs autres bars ou boîtes de nuit estiment pouvoir tenir à peine quelques mois.

A LIRE AUSSI : Plusieurs établissements emblématiques du Marais pourraient mettre la clef sous la porte 

Des aides qui n'arrivent pas

Les aides ? Elles sont bien loin d'être suffisantes. "Je dois toucher 10.000 euros mi-janvier, mais c'est beaucoup trop tard. J'ai subi un contrôle sur l'activité partielle, qui a suspendu les versements des aides pour payer les salaires depuis septembre, il y en a pour plus de 20.000 euros. Je ne me paie plus depuis bientôt un an, il faut bien que je nourrisse ma famille", se désole le propriétaire de l'établissement. Il a fait la demande de deux prêts garantis par l'État (PGE) qu'il doit commencer à rembourser en mars.

À LIRE AUSSI - Le Marais retrouve son âme avec la réouverture des lieux LGBT+, mais…

C'est la mort dans l'âme que des visites ont donc été organisées pour racheter l'immeuble. "On a eu des propositions de la part de personnes privées et de la mairie de Paris. Rien n'est encore signé, mais on est en pourparlers", poursuit-il. Des rumeurs font état qu'un supermarché chinois serait intéressé, mais le propriétaire souhaite les démentir. "On ne m'a pas proposé de projet de ce type".

Un établissement patrimonial

"Le Tango a connu son âge d'or pendant l'entre-deux guerres. C'est l'un des plus vieux établissements de Paris, il a une valeur patrimoniale. Il faut tout faire pour que ce lieu reste festif et populaire. En sortie de Covid, les liens humains vont être fondamentaux. On n'en peut plus du Netflix et Grindr !", réagit Hervé Latapie, animateur depuis plus de 20 ans du Tango et activiste LGBT+.

"Les discothèques font partie du rayonnement de la ville. Le Tango est un établissement patrimonial et nous allons tout faire pour le sauver. La ville n'exclut pas de préempter l'immeuble. Nous sommes également en train de mettre en place un fonds avec la BPI (banque publique d'investissement) pour investir dans les entreprises parisiennes", annonce à TÊTU Frédéric Hocquard, adjoint en charge du tourisme et de la vie nocturne.

À LIRE AUSSI - La boulangerie Legay Choc, figure du Marais, ferme ses portes

D'autres clubs historiques de la ville sont menacés. "Pour éviter les fermetures, il faudrait augmenter les aides de 20% à 35% du chiffre d'affaires, mais surtout que les démarches soient simplifiées, car actuellement, elles sont quasiment impossibles à obtenir", regrette Olivier Robert, président du Sneg & Co, le syndicat des entreprises LGBT+ et alliées.

Le ministère de la Culture invite l'établissement à se rapprocher du Centre national de la Musique qui peut accorder des aides supplémentaires au cas par cas. "C'est un crève cœur de le dire, mais ce ne sont pas ces établissements qui rouvriront en premier car ce sont des lieux de contacts", indique le ministère. À condition qu'ils rouvrent.

 

Mise à jour : réaction de Hervé Latapie

 

Crédit photo : Capture d'écran Facebook / Le Tango


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail