facebook

La boulangerie Legay Choc, figure du Marais, ferme ses portes

La boulangerie Legay Choc de la rue Sainte-Croix, figure du Marais, a fermé ses portes définitivement des conséquences désastreuses du Covid-19. Une fermeture qui inquiète.

Elle attirait les touristes et les badauds avec ses petits pains, brioches et galettes en forme de kit trois pièce. Mais les deux confinements successifs auront eu raison de la boulangerie Legay Choc de la rue Sainte-Croix de la Bretonnerie.  Selon des informations du Parisien, après 19 ans, le gérant Richard Legay a fermé l'établissement le 8 novembre dernier, et revendu son fonds de commerce à une société foncière le 25 novembre suivant. Ce lieu abritait une boulangerie depuis 1860.

« Après les Gilets jaunes à l'automne 2018, les grèves de décembre 2019, le Covid nous a fait l'effet d'un coup de massue ! » affirme Richard Legay au journal,  qui estime par ailleurs « avoir perdu 450 000 € dans l'affaire à la date du 30 septembre ». En cause : l'absence de touristes, évidemment mais aussi la fermeture des restaurants - "un tiers de [son] chiffre d'affaires". Et une baisse de 40% de "l'activité sandwich" à cause du télétravail. Le commerçant a dû licencier 8 de ses salariés. Il gardera toutefois son commerce de la rue Rambuteau, et ses dix salariés.

Le Marais en danger ?

Pourtant, le boulanger est certain de ne pas vendre autant de "baguettes magiques" (le noms des pains en forme de sexe d'homme qui ont fait son succès) rue Rambuteau que rue Sainte-Croix. Il prévoit donc des travaux au local de la rue Rambuteau pour y ajouter les couleurs de l'arc-en-ciel.

Après le déménagement de la librairie Les Mots à la bouche, en mars 2020, dans le 11è arrondissement, et remplacée par une boutique Dr Martens, c'est une autre figure des commerces indépendants du Marais qui s'en va. Et une inquiétude qui persiste : la fermeture prolongée des bars, boîtes et des clubs de sports va-t-elle donner un coup fatal aux commerces communautaires du quartier ? Combien s'en relèveront ? De ce côté là, l'année 2021 ne semble pas sous de bons auspices...

 

 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail