AIDESLa prescription de la PrEP chez le généraliste retardée... par une erreur d'écriture du décret

Par Nicolas Scheffer le 02/02/2021
PrEP

Le Conseil d'État a retoqué un décret du ministère de la Santé pour permettre aux médecins généralistes de prescrire la PrEP en première intention. Ce décret, attendu depuis le printemps par les assos, était mal formulé.

Si vous ne pouvez toujours pas demander à votre médecin généraliste de vous prescrire la PrEP, c'est à cause… d'une erreur d'écriture. Le Conseil d'État a retoqué un projet de décret et repoussé une fois de plus cette avancée dans la lutte contre le VIH/sida. "De l'amateurisme", regrette, en colère, l'association AIDES.

À LIRE AUSSI – Daniel Defert raconte les années sida, la mort de Michel Foucault et la création de Aides

La PrEP "faisant l'objet d'une Autorisation de mise sur le marché européenne (AMM) doit impérativement en respecter les exigences. Cela veut dire que pour les médicaments, dont l'autorisation de mise sur le marché résulte d'une décision de l'Union européenne, il n'est pas possible de s'exonérer des conditions de prescriptions fixées dans ce cadre", explique auprès de TÊTU le ministère de la Santé.

Une erreur de formulation

Dans son projet de décret, la direction générale de la Santé prévoyait que la PrEP puisse être prescrite par des "médecins expérimentés". Le ministère pensait que cela permettait de couvrir les médecins qui ont déjà suivi une formation en ligne pour la prescrire. Mais les règles européennes ne le permettent pas. "Cette contrainte avait été identifiée mais n’avait pas été jugée indépassable. Le Conseil d’Etat a statué autrement et nous cherchons maintenant de nouvelles voies juridiques pour y parvenir", reconnaît le ministère. Une erreur de forme, donc.

À LIRE AUSSI – Le nombre de dépistages du VIH en chute libre de 56% pendant le confinement du printemps

"On avait pourtant signalé au ministère cette erreur de formulation, tempête Aurélien Beaucamp, président de AIDES. Cela fait bientôt un an que ce décret doit être publié au Journal Officiel. On nous l'avait promis pour le printemps dernier !". Le 1er décembre dernier, lors de la journée mondiale contre le VIH/sida, Olivier Véran avait promis devant l'Assemblée nationale que "c'est l'affaire de quelques semaines […] 6.000 contaminations par an, c'est trop".

2 400 contaminations au VIH évitées par an

Permettre à des médecins généralistes de prescrire la PrEP permet d'éviter de devoir faire appel à un centre spécialisé (CeGIDD). "Les CeGIDD sont bondés, on peut mettre plusieurs mois à avoir un rendez-vous", regrette AIDES.

À LIRE AUSSI – Les assos de lutte contre le VIH tirent la sonnette d’alarme sur le financement de la recherche

La PrEP a démontré son efficacité dans la lutte contre le VIH/sida. Ce traitement pré-exposition permet de réduire à néant les risques de transmission du VIH. La direction générale de la Santé estime qu'entre 1.000 et 2.400 contamination au VIH ont ainsi été évitées chaque année grâce à la PrEP. "C'est irresponsable de limiter le déploiement de la PrEP pour un simple vice de forme qui, en plus, a été pointé du doigt. Le ministère va être responsable des futures infections", s'agace Aurélien Beaucamp.

Des délivrances en chute libre

D'autant que les chiffres ne sont pas bons. La délivrance de PrEP est en forte baisse (-36%) par rapport aux attentes. Fin mars, 3 000 traitements étaient prescrits contre 5 500 avant le confinement du printemps. La reprise de l'activité en CeGIDD n'a pas compensé cette baisse, au contraire. Entre le 11 mai et le 13 septembre, on constate une baisse de 19% des délivrances de PrEP par rapport aux attentes. Soit un manque de 27 435 traitements par rapport à ce qui était escompté.

À LIRE AUSSI – IST, VIH, coronavirus… Que risque-t-on vraiment à faire une fellation non protégée ?

Le ministre de la Santé est pleinement mobilisé pour que les solutions soient trouvées dans un délai rapide pour permettre de répondre aux attentes des patients et des professionnels dans un cadre juridiquement sécurisé. "Les travaux ont repris dès jeudi 28 janvier entre les services du ministère et l’ANSM", assure le ministère.

Pour vous faire dépister gratuitement ou bien vous faire prescrire la PrEP, vous pouvez vous rendre dans un des CeGIDD recensé par cette carte :

 

Crédit photo : Unsplash