lesbienneÀ Lyon, plusieurs dizaines de militants d'ultra-droite perturbent la marche lesbienne

Par Nicolas Scheffer le 26/04/2021
Lyon

Ce samedi, plusieurs dizaines de militants "d'ultra-droite" ont jeté des projectiles sur la marche lesbienne à Lyon. Le maire a regretté des "actes odieux".

"La rue elle est à qui ? Elle est à nous", criaient des manifestantes en fin de manifestation pour une marche lesbienne à Lyon, ce samedi 24 avril. Elle répondaient à une quarantaine d'individus d'extrême droite venus lancer des projectiles sur les manifestantes. La police, qui a fait usage de gaz lacrymogène, a confirmé qu'il s'agissait de militants "d'ultra-droite".

"Fafs et lacrymos"

"Attention si vous rejoignez le rassemblement lesbien à Lyon (place de l'opéra), attaque de fafs et lacrymos", alerte une internaute sur Twitter. Alors que quelque 350 manifestantes réclament la PMA pour tous·tes, des militants d'ultra-droite ont voulu perturber le cortège indique Le Progrès.

Sur une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, on peut voir de la fumée et un cordon humain formé par des militantes. Les centaines de militantes répondent à ceux d'extrême droite par des slogans. "50 fafs ont essayé de s'en prendre, en vain, à la marche lesbienne à Lyon cet aprèm qui a fait front", a noté l'activiste Gwen Fauchois.

À LIRE AUSSI : Un homme condamné à Lyon pour le meurtre d’un sexagénaire gay par 263 coups de ciseaux

"Les attaques fascistes sont de plus en plus récurrentes ces derniers temps et elles sont prémédité et à la vue de tou-te-s, a déploré sur Twitter Groupe Antifa Lyon. Nous ne comptons bien évidemment pas sur les renseignements de la police qui préfère interdire les manifestations antifascistes, mais bel et bien à une défense collective et populaire pour anéantir une bonne fois pour toute ce fléau que sont les groupes fascistes sur Lyon."

"Nous continuerons de marcher"

De nombreuses personnalités politiques ont condamné ces actes. L'élue parisienne autrice du Génie Lesbien, Alice Coffin a assuré que "nous continuerons de marcher". "En 2019 en Ukraine, nous devions annuler une marche lesbienne en raison des menaces venues de l'extrême droite. Aujourd'hui, en France, 50 militants d'extrême droite ont attaqués la marche lesbienne de Lyon", regrette-t-elle.

À LIRE AUSSI : Lyon signe une convention de lutte contre les violences homophobes

Grégory Doucet, le maire écologiste de Lyon a déploré des "actes odieux visant à blesser et à intimider". "Le droit de vivre et de revendiquer son identité de genre doit être protégé à tout prix, a-t-il écrit. Plein soutien à l’ensemble de la communauté LGBTQIA+". La ministre en charge de l'Égalité, Élisabeth Moreno a regretté "la lesbophobie en actes". "Je condamne fermement ces actes de violences et d'intimidations. Chacun doit être respecté, quelle que soit son orientation sexuelle ou son identité de genre. Les LGBTphobies doivent être résolument combattues, en tout lieu, à chaque instant".

Najat Vallaud-Belkacem, candidate pour l'élection régionale en Auvergne Rhône-Alpes a tweeté "assez de ce monde d’intimidation permanente où des extrémistes en tous genres prétendent en permanence imposer leur loi." Son concurrent, Laurent Wauquiez l'actuel président (LR) de la région et proche de la Manif pour tous, n'a pas réagi à l'attaque des militants d'extrême droite.

 

Crédit photo : Capture d'écran / Twitter @bububuhler