facebook

Quel rôle pour les personnes LGBTQI+ sur la scène skate française ?

skate parc

Être LGBTQI+ reste l’un des grands tabous du monde du sport, en particulier dans les sports urbains. Le skate ne fait pas exception et pour cause : le manque de représentations n’encourage pas les personnes LGBTQI+ à se faire une place sur les rampes des skate parks.

“Pour moi, les skateurs, c’étaient seulement des délinquants”, se remémore Clément, qui a commencé le skate il y a un an et demi. Longtemps considéré comme un milieu fermé, ce sport dégage encore une image qui a d’abord rebuté l'ado non-binaire de 15 ans. Comme si ce sport était la chasse gardée de jeunes blancs cisgenres et hétérosexuels. Pas facile, de s'y sentir à l’aise lorsqu’on ne remplit pas toutes les cases de la masculinité dans sa vision traditionnelle.

Clément, bien connu sous le pseudo @kuremento_desu, ne cache ni son identité, ni sa pansexualité. Sa maîtrise de nombreuses figures oldschool qui sortent de l’ordinaire, lui vaut le respect de ses pairs sur les spots de Grenoble. Depuis ses débuts, son opinion sur la communauté skate a grandement évolué : “Je pense que la communauté est superbe ! Il y a seulement un petit pourcentage qui m’agace : ceux qui se croient tout permis juste parce qu'ils font du skate.” Le skate demeure pour iel le moyen d’expression par excellence et lui procure une liberté sans égale. “Quand on accomplit un nouveau trick ou un gap, on a une sensation tellement unique que ça devient presque une drogue.”

La marge mais des tabous

Mais claquer un tre flip (la planche fait un 360 tout en tournant sur elle-même) par-dessus des marches ne protège pas des remarques homophobes. “On m’a déjà demandé si je faisais 'la femme ou l’homme'” relate-t-iel amèrement. D’autres fois, ce sont des regards de dégoût qui accueillent son maquillage. Le skate, sport underground par excellence a toujours mis en avant l’originalité, la différence, les styles à la marge. Mais dès que l’on parle d’homosexualité, les tabous persistent....


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail