17maiRégionales : Audrey Pulvar s'engage pour une Île-de-France "exemplaire" sur les droits LGBT

Par tetu le 17/05/2021
Audrey Pulvar

TRIBUNE. A l'occasion de la journée mondiale de la lutte contre l'homophobie, la candidate socialiste aux régionales en Ile-de-France, Audrey Pulvar, s'engage pour une région respectueuse de tous et toutes, et exemplaire sur l'égalité des droits pour les personnes LGBTQI+.

Le 17 mai, Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, est une date importante et essentielle. Les insultes, les moqueries, les pratiques discriminatoires et les agressions physiques restent une réalité quotidienne pour de nombreuses personnes LGBTQI+ d’Ile-de-France, qu’elles résident dans une grande ville ou une petite ville, en zone péri-urbaine ou en milieu rural. 

Cette situation est inadmissible et illégale. Est-il besoin de rappeler que les LGBTQIphobies ne sont pas une opinion mais un délit, sanctionné par le droit français ? Oui, il faut le rappeler et il le faudra tant que ces délits et crimes se produiront.

A LIRE AUSSI : VIDÉO. Il n’ y a pas d’amour censure : le 17 mai contre l’homophobie et la transphobie

Égalité réelle

Candidate à la présidence de la Région Ile-de-France, j’ai plusieurs fois dit que cet engagement avait un but majeur : que chaque jeune francilienne et chaque jeune francilien puisse se dire « j’ai ma chance », que chacune et chacun, quels que soient son origine, sa couleur de peau, son lieu de résidence ou encore son niveau de revenus se sente assez en confiance, assez écouté, entendu, accompagné, pour s’autoriser tous les rêves et se voir garantis tous ses droits. Cette ambition vaut également pour chacune et chacun, quelles que soient son orientation sexuelle ou son identité de genre. Chaque personne qui vit, grandit, étudie, travaille, se déplace, se soigne, pratique un sport ou un loisir, en Ile-de-France, doit pouvoir le faire librement.

"La Région Ile-de-France que je présiderai sera toujours aux côtés des victimes de LGBTQIphobies."

La Région Ile-de-France que je présiderai devra être exemplaire en matière d’égalité réelle des droits et d’accès à ces droits. Nous allons donc mettre à l’agenda quotidien et structurel de la Région les sujets portés par les personnes LGBTQI+, en dédiant à ces sujets une Vice-Présidence et des moyens importants. Bien au-delà des personnes concernées au premier chef, je considère que le portage politique des sujets d’égalité réelle pour les personnes LGBTQI+ est l’affaire de toutes et tous. 

La Région Ile-de-France que je présiderai sera toujours aux côtés des victimes de LGBTQIphobies. Elle soutiendra les associations habilitées à se porter partie civile à leurs côtés, si une action en justice est intentée. Nous financerons le déploiement de structures LGBTQI+ d’aide aux victimes et d’accompagnement psychologique et juridique partout en Ile-de-France et notamment dans les petites villes, en milieu péri-urbain et rural. 

Vidéoprotection et agents de sûreté

Face à la persistance des incivilités et des agressions LGBTQIphobes, nous accorderons une attention particulière à la lutte contre les LGBTQIphobies et contre toutes les discriminations dans la formation de nos agents, le soutien à des entreprises ou des associations, et dans le cadre de la formation professionnelle. Agir pour prévenir ces actes sera une priorité. Nous augmenterons le nombre d’agents de sûreté dans les transports en commun d’Ile-de-France et renforcerons la vidéoprotection dans les rames, dans les gares et à leurs abords. Les agents de sûreté intervenant dans les transports seront formés spécifiquement à la lutte contre l’homophobie et la transphobie. 

Plus largement, nous formerons nos agents, notamment ceux qui sont en contact avec le public, à la prévention des de l’homophobie et la transphobie et à un accueil respectueux. Nous souhaitons que l’Ile-de-France puisse obtenir la labellisation Afnor Diversité, qui sera la preuve de son exemplarité en matière d’égalité. La Région soutiendra les interventions d’associations et d’expert.e.s de cette question en milieu scolaire, dans la formation professionnelle et dans les entreprises, pour la sensibilisation et la prévention des actes et discours anti-LGBTQI+. 

Des marches des Fiertés dans toute la région

La visibilité des sujets LGBQTI+ étant essentielle à la conquête des droits, nous encouragerons le développement de marches des fiertés au-delà de Paris dans toute l’Ile-de-France, moments festifs et militants ouverts à toutes et tous, et moteurs de l’égalité des droits. La Région prendra la parole sans ambiguïté sur des questions importantes telles que l’ouverture de la PMA, l’interdiction des « thérapies de conversion », la fin des mutilations génitales faites aux personnes intersexes.

A LIRE AUSSI : Marche des Fiertés à Saint-Denis : "La banlieue aussi a une vie queer" 

La jeunesse est une période critique de la vie de chacun.e, en particulier pour les personnes LGBTQI+. Elle est le moment de la découverte de son orientation sexuelle et de l’affirmation de son identité de genre. Elle est aussi celui du harcèlement scolaire et des conflits familiaux. Chaque jeune d’Ile-de-France doit pouvoir vivre et grandir en liberté, quelles que soient son orientation sexuelle ou son identité de genre. Au-delà du soutien naturel aux associations, nous lancerons des campagnes de soutien aux jeunes LGBTQI+ victimes de harcèlement scolaire, pour les aider à connaître leurs droits et prévenir ces comportements dont la gravité entraîne un mal être pouvant conduire au suicide. 

La santé pour tous.tes

La santé doit être un droit accessible à toutes et tous. Nous lancerons un « pass jeune santé » qui permettra à chaque jeune l’accès gratuit à des moyens de contraception, de dépistage et de prévention en santé sexuelle. Chaque jeune de la Région aura un accès garanti à deux consultations par an, au cours des années de lycée, pour faire le point sur sa santé sexuelle dans le cadre d’un dispositif incitatif fondé sur l’« aller-vers ». La Région proposera à tous les professionnels de santé une formation aux problématiques spécifiques de santé des lesbiennes, des femmes bi et des personnes trans. Pour lutter plus efficacement contre le VIH, qui touche encore de façon disproportionnée les jeunes gays, une grande campagne d’information sur la PrEP à destination de tous les publics sera déployée dans toute la Région.

Nous aiderons également l’installation d’associations LGBTQI+ de sport, de culture et de loisirs ouverte à toutes et tous partout en Ile-de-France. Afin de mieux connaître la situation des personnes LGBTQI+ d’Ile-de-France, nous doterons la Région d’un Observatoire régional LGBTQI+ qui réunira les associations, les élus locaux, les acteurs de l’éducation et de la formation professionnelle, de la police, de la justice et de la santé. 

A LIRE AUSSI : Violences anti-LGBT : les plaintes ont pour une fois baissé en 2020

Une région de respect

Alors que les discours et les actes de haine anti-LGBTQI+ persistent, nous déplorons que la présidente sortante, Valérie Pécresse, s’oppose toujours à l’ouverture de la PMA, nourrissant ainsi les idées reçues et les préjugés sur les personnes LGBTQI+ et les familles homoparentales. Depuis 2015, Valérie Pécresse préside l’Ile-de-France avec une majorité qui comprend des personnalités d’extrême droite anti-mariage pour tous, anti PMA et anti-IVG. C’est le cas notamment de la présidente de la commission famille au Conseil régional, élue par la majorité sortante et cofondatrice du mouvement « Les Mères Veilleuses », qui s’opposait hier au Mariage Pour Tous, et aujourd’hui à la PMA. 

A LIRE AUSSI : Droits LGBT+ : mais où est passée la gauche française ?

Il est urgent de renouer avec une Région Ile-de-France respectueuse de toutes et tous, rassembleuse et généreuse, de retrouver le bonheur de vivre dans une Région émancipatrice qui permette à chacune et à chacun de mieux vivre sa vie, de construire une Région qui agit efficacement contre les discriminations et pour l’égalité des droits. C’est l’engagement d’Audrey Pulvar et d’Ile-de-France en Commun que nous prenons devant vous en cette journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie.

 

A LIRE AUSSI : À Paris, la Marche des Fiertés aura bien lieu en juin, mais en version Covid

 

Audrey Pulvar, candidate Ile-de-France en Commun à la présidence de la Région Ile-de-France, tête de liste dans le 75.

Joël Deumier, candidat Ile-de-France en Commun aux élections régionales dans le 75, ex-président de SOS homophobie, co-animateur de Fiertés en Ile-de-France, militant pour l’égalité.

Flora Bolter, co-directice de l’Observatoire LGBT+ à la Fondation Jean Jaurès, co-animatrice de Fiertés en Ile-de-France.

Dieynaba Diop, candidate Ile-de-France en Commun aux élections régionales, tête de liste dans le 78, adjointe au Maire des Mureaux.

Hélène de Comarmond, candidate Ile-de-France en Commun aux élections régionales, tête de liste dans le 94.

Paul Miguel, candidat Ile-de-France en Commun aux élections régionales, tête de liste dans le 77.

Jérôme Guedj, candidat Ile-de-France en Commun aux élections régionales, tête de liste dans le 91.

Aïssata Seck, candidate Ile-de-France en Commun aux élections régionales, tête de liste dans le 93.

Nadège Azzaz, candidate Ile-de-France en Commun aux élections régionales, tête de liste dans le 92.

Rachid Temal, sénateur du Val-d’Oise, candidat Ile-de-France en Commun aux élections régionales, tête de liste dans le 95.