bande annonceBande-annonce : "Pray Away", le docu choc sur les thérapies de conversion aux États-Unis

Par Tessa Lanney le 13/07/2021
thérapies de conversion

Le 3 août sortira Pray Away, un documentaire Netflix qui traite des thérapies de conversion aux États-Unis. Plus précisément, il s'agit d'un réquisitoire contre l'organisation Exodus International qui relate l'histoire de ses fondateurs ainsi que son funeste héritage.

Mise à jour, le 13/07 à 20h30 : Contrairement à ce qui a été écrit dans une première version de cet article, la ministre de l’Égalite n’a pas « omis de transmettre la circulaire ».  

Les thérapies de conversion sont d'autant plus pernicieuses quand l'initiative provient de l'intérieur même de la communauté. Pray Away, un documentaire Netflix disponible le 3 août, relate la montée de l'influence d'Exodus International, une organisation de thérapies de conversion états-unienne créée dans les années 1970  par cinq "ex-gays". D'anciens responsables qui vivent aujourd'hui avec le poids des regrets, ainsi que des membres actuels et un survivant se livrent dans cette œuvre. À la production, on retrouve Ryan Murphy et Jason Blum, ainsi que Kristine Stolakis à la réalisation.

Pray Away, c'est d'abord l'histoire de cinq hommes, tiraillés entre leurs convictions religieuses et leur homosexualité. Dans leur église évangélique, ils lancent une étude biblique afin de s'entraider, de lutter contre le "mode de vie homosexuel". Cette idée séduit de nombreux adeptes. Ils croulent sous pas moins de 25.000 lettres. Ensemble, ils forment Exodus International.

"Comment ai-je pu croire à ça ?"

Seulement, en dépit de leurs belles promesses, les dirigeants sont toujours en proie leurs "attirances pour le même sexe". "Je brûlais d'être aimé par un homme et d'aimer un homme", avoue un ex "ex-gay". S'ils clament haut et fort l'efficacité de leurs thérapies, eux-mêmes ne se sont pas affranchis de leurs désirs. Dépassés par les événements et drapés de faux semblants, ils revêtent le masque du mensonge. Leurs belles paroles les portent rapidement au rang de figures de la droite religieuse.

Mais voilà, quand des années plus tard, un grand nombre de membres font leur coming out, le mal est déjà fait. "Comment ai-je pu croire à ça ?", se demande une ancienne figure de proue, dont les précédentes déclarations défilent à l'écran. La machine est en route et son héritage continue de faire des ravages. "Certains ont voulu se suicider car ils ne parvenaient pas à changer."

Les thérapies de conversion, un sujet épineux en France

En France, la ministre de l’égalité, Elisabeth Moreno, annonçait le 11 mai la publication d’une circulaire visant à rappeler la condamnation des thérapies de conversion. Le gouvernement assure que "ces pratiques sont (déjà, ndlr) strictement interdites dans notre pays". "Notre Code pénal condamne les délits d'abus de faiblesse ou de harcèlement, les délits de discrimination, les propos homophobes ainsi que les violences volontaires, avait rappelé Elisabeth Moreno à la tribune de l'Assemblée Nationale. Le code de la Santé publique interdit le recours à l'exercices illégal de la médecine pour tous les prétendants médecins qui veulent 'soigner' l'homosexualité."

Pour les militants, il faudrait une loi à part entière qui viendrait interdire ces pratiques.

LIRE AUSSI >> De Hoshi à Eddy de Pretto, des artistes appellent à interdire les « thérapies de conversion »

 

Crédit photo : Netflix via capture d'écran YouTube