cédric oFemmes, LGBTQI+... Cédric O s'engage pour plus de diversité dans la tech

Par tetu le 21/09/2021
cédric o

Pour TÊTU Connect, Cédric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, veut en finir avec le cliché du créateur d'entreprise diplômé des grandes écoles de commerce.

Où en sommes-nous de la “start-up nation” portée par le président Macron ?

Nous sommes persuadés que les start-up et les entreprises de la tech sont une partie de l’avenir de notre économie et de notre société. C’est d’ailleurs déjà notre présent : si vous prenez les dix premières capitalisations boursières mondiales, huit sont des entreprises de la tech. Il est donc impératif que nous réussissions à faire émerger nos propres champions. Fin 2017, nous avions trois “licornes” [startup valorisées à plus d’un milliard de dollars], il y en a 17 aujourd’hui, dont sept ont émergé cette année, plus une qui ne va pas tarder. Les 120 plus grosses start-up – il y en a près de 20 000 – ont déjà créé environ 200 000 emplois, et en créeront 200 000 autres d’ici à 2025.

D’aucuns soupireront que vous nous préparez un “nouveau monde” au rabais, sur les modèles sociaux de Deliveroo, Uber…

Je serais moins sévère quant à Uber et Deliveroo, dont je pense qu’elles ont fait, sur le plan économique, plus pour les banlieues que quarante ans de politiques de la ville. Ce qui ne veut pas dire que l’on ne doit pas améliorer la protection sociale et les droits de leurs employés, nous avons d’ailleurs des discussions avec elles sur ces sujets. Puisque les entreprises de la tech sont l’avenir de notre économie, on doit faire en sorte que cet avenir, ce capitalisme, soit différent et meilleur que celui qui l’a précédé. C’est-à-dire plus environnemental, moins inégalitaire et plus inclusif.

Le monde de la tech peut en effet passer pour un énième boys club huppé…

Un de ses défauts est d’être très endogamique. Aujourd’hui, le profil type du fondateur de start-up, c’est un mâle blanc de moins de 40 ans sorti d’une grande école. Il n’y a que 30 % de femmes dans la French Tech. Donc la mixité est un gros sujet, évident, et l’on veut aussi faire en sorte de rendre ce milieu accessible à des catégories socioprofessionnelles, des profils, qui n’y avaient pas accès. D’abord pour une raison de principe, d’égalité, ensuite pour une raison de performance : les systèmes diversifiés réussissent beaucoup mieux que les systèmes complètement fermés, toutes les études économiques le montrent. Enfin, pour des raisons de soutenabilité : un monde dans lequel la valeur est captée par un très petit nombre d’entreprises qui ne recrutent que parmi 5 % de la population, à la fin, ça donne les Gilets jaunes, et c’est normal.

"Les start-ups ne sont pas des ghettos réservés à d'ex-HEC en Stan Smith"

Rien que l’expression “French Tech” peut paraître très éloignée du grand public…

Tant qu’on se représentera les start-up comme des ghettos pour diplômés de HEC en Stan Smith, il y aura un phénomène de rejet qui est normal. Mais ce sont tout de même des entreprises de la vie réelle, qui créent de l’emploi partout en France, que ce soit à Mâcon, à Rennes, à Vierzon, à Roubaix… Et puis la French Tech est plus diverse qu’on ne l’imagine parfois : il y a Doctolib, bien sûr, mais aussi de l’industrie, du textile, de l’agriculture…

Quelles actions menez-vous pour qu’il y ait plus de diversité dans cette “French Tech" ?

On a lancé le programme French Tech Tremplin (15 millions d’euros sur deux ans), qui doit permettre de faire venir des entrepreneurs d’horizons divers : des boursiers, des habitants de quartiers prioritaires, des réfugiés, etc. Le constat étant qu’ils ont moins de réseau et moins de réflexes, ce que fournissent les grandes écoles. Notre idée c’est donc d’en sélectionner 200 à 300, qu’on repère grâce à des associations partenaires (Les Déterminés, Diversidays, Techfugees…), de leur donner un pécule pour qu’ils puissent s’équiper, puis de les faire accompagner par des entrepreneurs expérimentés afin de faire mûrir leur projet, pour enfin les installer dans des incubateurs de start-up.

Comment faire pour que plus de femmes se lancent ?

La question des rôles modèles est primordiale. Jusqu’ici, quand on pense réussite dans la tech, on pense à Bill Gates, Mark Zuckerberg, Elon Musk ou, en France, à Xavier Niel, Marc Simoncini… Il faut mettre en avant des réussites plus diverses, par exemple celle de Céline Lazorthes, fondatrice et dirigeante du groupe Leetchi et de Mangopay, celles de Marie Ekeland, Tatiana Jama… Un deuxième élément, c’est l’école : dans le cadre de la formation des professeurs sur les enseignements numériques et techniques, nous travaillons à injecter une part de sensibilisation aux biais inconscients de la projection dans la réussite. Concrètement, comment pousser aussi les petites filles à apprendre à coder. Ce sont des sujets systémiques, et il faudra du temps avant de voir les résultats.

Il faut aussi progresser sur l’inclusion LGBTQI+ en entreprise…

Comme la French Tech est encore un milieu assez masculin, il peut y avoir des comportements, des habitudes de langage, par exemple, excluants, voire discriminants – même si je n’ai jamais eu de retours particuliers sur des LGBTphobies dans les start-up. Mais il faut sensibiliser, faire progresser la prise de conscience des entrepreneurs. C’est le travail que font, par exemple, TÊTU Connect ou le collectif fondé par des femmes entrepreneures et investisseuses Sista, qui organisent des ateliers sur les biais inconscients, les discriminations, les sujets liés à l’orientation sexuelle… Nous les encourageons et y participons.

 

France Digitale organise le 22 septembre 2021 la 9e édition du France Digitale Day (FDDay) au musée des Arts forains, à Paris.

Le FDDay s’est imposé comme l’un des rendez-vous les plus exclusifs de la scène tech européenne. Chaque année, il réunit près de 2 000 CEO de start-up, c-levels , investisseurs, penseurs et décideurs publics de haut niveau, venus du monde entier pour aborder, ensemble, les dernières tendances de l’écosystème start-up.

Les éditions 2019 et 2020, sold-out deux semaines avant l’évènement, ont réuni des participants de 40 nationalités, plus de 400 VCs et 20 fondateurs de licornes.

Pour cette édition 2021, France Digitale a choisi de parler des valeurs :

  • En valorisant les modèles de croissance vertueux qui font l'attractivité de l’Europe sur la scène Growth.
  • En faisant la promotion d’une tech éthique sur la scène Europe.
  • En réconciliant performances économique, sociale et environnementale sur la scène Impact.

Comme chaque année, le France Digitale Day offrira la plus grande track de rencontres business entre start-up, fonds d’investissement et corporates de France