asieHong-Kong : la star lesbienne et pro-démocratie Denise Ho inculpée pour "conspiration"

Par Nicolas Scheffer le 31/12/2021
Denise Ho, Hong Kong

Poursuivie pour "conspiration" avec six autres personnes, la chanteuse, également connue sous le pseudo HOCC, a été libérée sous caution.

C'est l'une des premières personnalités hongkongaises à s'être déclarée ouvertement lesbienne. L'activiste et chanteuse de cantonese pop Denise Ho a été interpellée chez elle par la police, qui a saisi ses documents officiels, ses ordinateurs et plusieurs téléphones. Sur son compte Facebook, la star de 44 ans indique dans un message, posté ce jeudi 30 décembre et accompagné d'une photo avec sa compagne, avoir été libérée sous caution et aller bien "physiquement et mentalement".

À lire aussi : Une pop star lesbienne demande à l'ONU de retirer la Chine du conseil des droits de l'homme

Aussi connue sous le pseudo HOCC, elle a été arrêtée avec quatre autres anciens membres du conseil d'administration du site d'information pro-démocratie Stand News, ainsi que deux journalistes et l'avocate Margaret Ng pour "conspiration en vue de réaliser une publication séditieuse", indique l'AFP citée par Ouest France. Les deux journalistes, qui eux n'ont pas été libérés, ont également été inculpés pour apologie de "la haine et de l'outrage" et pour avoir "incité au mécontentement" contre le gouvernement "et à la violence".

Le site d'information, particulièrement actif lors des manifestations antigouvernementales de 2019, a annoncé sa fermeture et le licenciement de tous ses employés. C'est la deuxième fois qu'un média indépendant disparaît à Hong Kong depuis 2020. Plus tôt, cette année, Stand News annonçait suspendre les abonnements et la plupart des analyses et des chroniques de son site en vertu d'une loi sur la sécurité nationale, pointe La Presse. Une mise au pas de l'information dénoncée dans le monde entier.

Pionnière de la lutte pour la démocratie

En 2012, Denise Ho est l'une des premières célébrités à faire son coming out publiquement dans le pays, lors de la 4ème marche des Fiertés de Hong-Kong. Quelques jours plus tard, elle fait part de son indignation alors que le parlement de la ville refuse d'ouvrir une consultation publique sur les discriminations subies par les personnes LGBTQI+. "Il n'était pas question de mariage pour tous, rien d'aussi important que cela, mais de faire un sondage public... et ça a été empêché", dit-elle dans un entretien accordé à CNN en 2017. "J'étais tellement en colère... C'était la première fois que je voyais à quel point le système est injuste et à quel point le gouvernement contrôle tout", ajoute-t-elle.

Alors que les médias d'État qualifient son engagement de "suicide pour sa carrière" et qu'elle est régulièrement arrêtée par la police, les marques la lâchent, à l'image de Lancôme qui décide d'annuler la présence de Denise Ho lors d'un concert promotionnel. Mais la chanteuse, elle, ne lâche pas : "Il y a une jeune génération qui écoute ma musique. Donc je pense que j’ai cette responsabilité de faire ce qui est juste".

À lire aussi : Les Gay Games de Hong Kong reportés à 2023

Crédit photo : Capture d'écran Instagram / rexli.jpg